samedi 6 juin 2020

Virus, 10.000 visons contaminés seront abattus.



Plus de 10.000 visons, des petits animaux élevés pour leur fourrure, vont être tués aux Pays-Bas. L'abattage de 1500 d'entre eux a commencé ce samedi, ont annoncé les autorités néerlandaises, dans un élevage où des cas de Covid-19 ont été signalés chez les petits mammifères.

L'abattage des animaux a "commencé aujourd'hui dans un élevage de visons à Deurne", dans le sud des Pays-Bas, a déclaré une porte-parole de l'organisme chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire. 

"Cette entreprise compte environ 1500 femelles, qui ont chacune quatre à cinq petits".
Les animaux sont tués à l'aide de monoxyde de carbone. L'abattage des visons dans les neuf autres élevages contaminés se poursuivra au cours de la semaine.

5 commentaires:

  1. Mesdames, au lieu de vous affubler de la fourrure des autres, gardez donc la vôtre !

    RépondreSupprimer
  2. Selon Shimatsu qui est sur la théorie virale de labo, cette histoire de visons est au coeur du pb.

    Dans les années 70, les élevages de visons étaient fort nombreux en GB. Sous la pression des activistes, les élevages sont partis aux Pays Bas.

    Les activistes ont relâché de façon sauvage de nombreux visons qui ont ensuite gambadé avec les blaireaux dans la campagne angloise.

    Blaireaux sur lesquels des recherches sont faites sur une tuberculose revêche qui peut se transmettre au bétail dans les près.

    Des dizaines de milliers de blaireaux ont été traqués et exterminés.

    C'est là qu'entre en scène selon Shimatsu le 3ème élément du COVID.

    Les éléments fortement réplicateurs du VIH ont été épissés sur le virus de la grippe de 1918 par la triplette Plummer/Kawaoka/Splitter, ce qui a débouché sur un scandale et l'interdiction des recherches sur les gains de fonction.

    Selon Shimatsu, les bouts de VIH ont été greffés sur le noyau dépouillée du SRAS, ensuite salé au NTuberculosis du blaireau.

    Dans les parages de Londres, l'Insitut Pirbright détient effectivement un brevet sur un coronavirus atténué dans le but de faire des vaccins.

    C'est là que les pbs commencent, le blaireau partageant le même mode alimentaire que l'homme, et c'est la proximité alimentaire qui facilite le passage de l'animal à l'homme en matière virale.

    https://rense.com/general96/china-envoys-death-in-israel-mink-cov-leeching-clots-part-24.php

    https://rense.com/general96/child-symptoms-came-from-nuke-test-site-part-23.php

    Donc, c'est pas la chauve-souris, c'est le blaireau anglois le réservoir, qui passe facilement sa chiasse aux visons.

    Mais, nous rappellent les russes, c'est encore la peur le meilleur vecteur d'une épidémie :

    https://fr.sputniknews.com/sante/202006061043911340-un-medecin-russe-evoque-une-cause-inattendue-de-la-contamination-par-le-coronavirus/

    Enfin, un anglois malade du COIVD et mis en réa pendant des semaines a fini amputé d'une jambe, tant les thromboses avaient engorgé son système sanguin.

    Tof

    RépondreSupprimer
  3. Et oui les holocaustes existent toujours mais pour les animaux. Vive les activistes, ALF, SEA etc qui ont de l'honneur.
    Le rakshasa

    RépondreSupprimer
  4. je me suis retrouvée dans un élevage de vison en France, par hasard ces gens louent un chalet en haut de l'exploitation. j'ai compris le jour même que c'était ça, j'ai vu les cages, le cirque du nourrissage.... horrible. pire que honteux j'ai eu envie de vomir . ça m'a permis de pr3ndre des photos et d'envoyer a one voice.

    bande de FDP!! se faire du fric sur ca ... cauchemar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute façon 98% d'humains sont mauvais. Un vrai enfer de Dante ce monde humain.
      Le rakshasa

      Supprimer

Modération.


------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.