jeudi 18 juin 2020

Contamination, aucune immunité contre le nucléaire.


                                  



Des explosions atomiques atmosphériques.

Entre 1945 et 1980 autour de 451,5 Mt ont été réalisés dans l'atmosphère par 522 explosions atomiques. 354 furent le fait de bombes A de fission (67,8%) et 168 de bombes H thermonucléaires (32,2%) qui sont par nécessité des dispositifs combinant fission et fusion.

Une charge A de fission est en effet indispensable pour monter à la nécessaire température solaire une charge H de fusion qui amorcera à son tour une éventuelle seconde charge de fission. 

Saluons au passage Iter qui, triomphe de l’humanité, travaille à supprimer la première charge de fission des bombes H. 169 Mt ont été obtenus par fission (37,5%) dont 5 Mt par bombe A (3%) et 164 Mt par bombe H (97%).

282,2 Mt ont enfin été obtenus par fusion (62,5%). 176 de ces engins dont la boule de feu a touché terre ont illico produit sur place des zones interdites non dites copieusement contaminées en Algérie, Australie, Chine, Etats-Unis, Kazakhstan, Polynésie et Russie.

Radiotoxicité sans frontières. 

       De l’Atlantique à l’Oural, la conflictuelle Europe continentale  par la bienveillante intercession de l’ex-URSS, de la France et de la Grande-Bretagne, on ne le susurre que trop peu, est responsable de plus de 55% des détonations atomiques aériennes connues accomplies dans le monde.

Elle est mandataire de 287 explosions aériennes sur 522, vante plus de 60% de la puissance déployée, 271,9 Mt sur 451,5 Mt et s’honore de  la dispersion dans l’atmosphère de plus de 60% des quelque 1,8 mille milliards de Sieverts par inhalation encore aujourd’hui en circulation aérienne sous forme de particules ultrafines d’émetteurs alpha (uranium, plutonium, américium, etc.). 

Il serait à ce sujet grand temps de mettre fin à la légende des retombées atomiques qui retombent toutes.

Une éventuelle alliance sino-américaine ne saurait à l’évidence lui faire peur.

Mais l’Europe, est aussi le continent qui a vu exploser le plus d’engins sous ses cieux, humé le plus de retombées locales et régionales et qui a le plus abondamment arrosé son terroir d’indélébiles dépôts radioactifs dont elle se nourrit depuis.

La baisse croissante de la fertilité qu’elle connait en raison de déficits génétiques par contamination interne qui s’accumulent de génération en génération ne saurait surprendre. La fécondation assistée a un grand avenir devant elle.

(J’ajouterais que la baisse de QI plus qu’inquiétante pourrait aussi trouver une origine dans ces attaques génétiques.)

Où ces engins ont-ils explosé ?

En Russie, en Polynésie, en Chine, en Haute Altitude et dans l’Espace, au Kazakhstan, aux USA, dans le Pacifique, en Australie, en Algérie, au Japon …



Plus et Tout sur l’AIPRI