mardi 30 juin 2020

"Chroniques Insulaires". 2030. Chapitre VIII.

Géocédille Auteur, Merci !

Partie 8

"Où nous revenons nos moutons".
Etrangement, l'insulaire que je suis constatait que l'effondrement de l'économie mondiale avait eu un effet bénéfique sur la vie de l'île.

L'hiver, la population ne partait plus pour le continent et l'ile ne se retrouvait plus comme paralysée pendant les longs mois d'hiver. Les tavernes restaient désormais ouvertes en toute saison et des commerces rouvrirent dans la plupart des villages pour les besoins de cette nouvelle clientèle.

Les métiers traditionnels refirent florès. Le vanneur du village, qui autrefois ne faisant semblant de travailler que pour attirer les touristes au profit de la taverne de dame Calliope ne parvenait plus à produire les paniers qu'on lui commandait et prit quelques apprentis parmi les jeunes qui ne savaient plus quoi faire maintenant que la console de jeux était muette. Tous ceux qui avaient des oliveraies se dépêchèrent de bien les désherber et les augustes arbres, dont certains, disait-on, étaient vieux de plus de mille ans, redevinrent le cœur de l'économie de l'Ile. Tous les hommes des villages environnants furent réquisitionnés pour descendre l'antique presse à huile qu'on avait exposée près de la fontaine comme un monument du passé de son piédestal afin de la mettre en état de fonctionner. On y attelât la mule de Théodoros et on goûta avec des airs de connaisseurs les premiers litres d'huile d'olive produite au village en faisant semblant de ne pas remarquer l'arrière-goût de dégrippant dont on avait un peu trop abondamment arrosé l'engrenage. Les femmes de villageois, par contre sentirent fort bien le dégrippant et les deux cent premier litres furent décrétés bon à fournir de l'éclairage.

Les pêcheurs aussi connurent des jours fastes. La fin de la pêche industrielle permit le retour d'espèces oubliées depuis longtemps. Le thon en particulier devint à nouveau abondant et on se pressait sur les quais pour assister au débarquement de la pêche quand les caïques revenaient au port.




La fin du pilotage des infrastructure depuis l'UE mis un terme au massacre du paysage.

Pour faire face au manque d'eau l'été, l'UE avait financé l'installation d'un vaste réservoir rectangulaire creusé sur presque toute la largeur d'un charmant vallon fertile ou tortillait un petit torrent de montagne. Les bulldozers avaient saigné la montage pour creuser un vaste un trou rectangulaire aux bords inclinés qui avaient ensuite été tapissés de bâches plastiques noires.

On constata dès la première année que l'eau accumulée l'hiver s'évaporait trop vite au rude soleil de l'été et le réservoir ne se remplissait jamais à son maximum. L'évaporation provoquant la concentration des polluants, l'eau s'avérait impropre à la consommation et les gens tombèrent malade. Les experts tentèrent de recouvrir la surface de l'eau de milliers de balles de caoutchouc noir pour empêcher l'exposition de la surface au soleil afin d'empêcher l'évaporation et les réactions chimiques provoquées par les UV qui créent des substances cancérigènes. Mais le niveau baissait quand même et les balles finissent disséminées dans le paysage. Le vent finit par arracher les parties des bâches exposées et l'étanchéité de l'ouvrage fut compromise. L'UE n'étant plus là pour organiser les travaux, les gens du cru reprirent les choses en main.





On utilisa le sable et la terre du réservoir pour barrer le vallon sur toute sa largeur, juste avant la plage de sable fin. La stabilisation de cette dune fut assurée par la plantation joncs et de ces arbres qu'on appelle almiriques ici, car ils aiment l'eau salée.



En une saison, le fond du vallon s'est métamorphosé en zone humide. Le sol s'est imprégné d'eau qui n'affleure à l'air libre que dans le lit ombragé du ruisseau, naturellement protégé de l'évaporation malgré le soleil d'été.
Les troupeaux paissent dans ces pâturages humides salés, donnant une viande particulièrement savoureuse. Toute une variété d'oiseaux aquatiques se sont installés dans la retenue d'eau mais aussi des tortues et des mammifères aquatiques.




Dans les hauteurs, on remis en service les vieux colombiers : L'importation d'engrais phosphatés ayant cessé, il fallut trouver un moyen d'en produire sur place et on se mit de nouveau à collecter la fiente des colombes qui est un excellent engrais. Les ailes des vieux moulins se remirent à tournoyer dans le vent, On ne pouvait plus compter sur les meuniers industriels pour moudre le blé. On en construisit même de nouveaux, sur le modèles des moulins à blé mais équipés d'un alternateur afin de produire l'électricité que les centrales thermiques ne produisaient que de façon erratique quand du combustible était disponible.

Bientôt la moindre terrasse fut cultivée, qui plantant de la vigne, qui des arbres fruitiers, qui des oliviers. Les graines et semis devinrent d'une importance cruciale et on mis en place des bibliothèques de semis qu'on organisa de façon méticuleuse. Il y avait les conservateurs chargés de la bonne préservation des semis, les classificateurs, chargé de répertorier les variétés et de tenir à jour les catalogues. Les commis-voyageurs étaient pour leur part chargés de se rendre auprès des banques de semis similaires qui avaient fleuri sur les autre iles et jusque sur le continent. Leur rôle était d'échanger des variétés locales de semis avec des semis disponibles dans d'autres bibliothèques. Les acclimateurs avaient la tâche la plus délicate : celle d'empêcher l'entrée au catalogue de plantes génétiquement modifiés, singulièrement les hybrides stériles qui avaient ravagé la production agricole d'un certain nombre de pays. L'acclimateur devait cultiver la plante pendant deux années pour s'assurer que les plants étaient féconds mais aussi pour juger de leur innocuité.

Le personnel des banques de semis bénéficiait d'un statut particulier digne d'un ordre monastique. Toute transaction marchande leur était interdite, le négoce des semis étant décrété non marchant. Les commis bénéficiaient de l'immunité lors de leurs déplacements. Chacun était tenu de les loger, nourrir et transporter gratuitement dans le cadre de leurs missions. Ils vivaient de la générosité de la population qui les tenait en grande estime.

lundi 29 juin 2020

Virus, modifiez votre ADN !











La solution :



Une question ? Achète the Economist ! 

Élections américaines, laissons faire la nature.

Jo Biden, 77 ans.

Donald Trump, 74 ans.

Bernie Sanders, 78 ans.

Hillary Clinton, 72 ans...

Passeront-ils tous l’été ?





Un point architecture : Halte aux mégots !



La plus grande tour en bois au monde sera-t-elle construite à Paris ?


Dans le cadre de l'appel à projet Réinventer Paris, un architecte canadien a l'ambition d'édifier un immeuble de 35 étages dans la capitale. Ce serait alors un record dans le monde. Ce gratte-ciel écolo serait assemblé à partir de panneaux bois en lamellé-collé, un procédé constructif résistant au feu et au séisme.

Source


Vu la fréquence des séismes parisiens, il est temps de construire en bois. Comme au moyen âge sur les ponts de l’ancienne Lutèce. 

(Je note que mon correcteur d’orthographe ne connait pas Lutèce...)



Pour s’adapter à l’éphémère qui dure, je propose la paille. Il n’y a guère meilleur isolant thermique, même si on peut critiquer son inadéquation aux étages. 


L’histoire symbolique de la Place de la République.


1885 environ, sa construction, avec ses fontaines et ses bancs...


Sa rénovation :



 Pour mieux accueillir ses riverains.


dimanche 28 juin 2020

⚠️⚠️ L’effondrement c’est maintenant ⚠️⚠️



Pionnier du schiste, Chesapeake Energy 

dépose le bilan.

NEW YORK (Reuters) - Chesapeake Energy a déposé le bilan dimanche, devenant le plus grand groupe gazier et pétrolier américain à demander à être placé sous la protection du chapitre 11 de la loi sur les faillites aux Etats-Unis, plombé par une lourde dette et l'impact du coronavirus sur le secteur de l'énergie.







Sourires du jour.






Spéciale dédicace à Mila ! 











De la théorie à la pratique.

Hannah Arendt :


......



Quand ta Mercedes vaut moins qu’une laitue.


Crise économique aux USA. Des files de voitures pour de l’aide alimentaire.
En Idaho et ci-dessous :

https://twitter.com/stockboardasset/status/1277200328421715969?s=21

(Baltimore ?).

À Orlando :


Tout est sous nos yeux. 

"Chroniques Insulaires". 2030. Chapitre VII.

Géocédille, Auteur. Merci !

7e partie

"La fée électricité".

C'est en plein milieu de ces mutations que les premiers incidents ont commencé à se produire dans les centrales. Dans tous les pays, le recul du contrôle de l'état avait laissé les sociétés de production d'électricité se débrouiller seules. Le prix de l'électricité avait flambé mais la demande était là. Ce sont les vols de câbles à haute tension qui ont commencé a tailler des croupières au réseau. Tout ce cuivre attirait les convoitises et des petits malins ont trouvé comment court-circuiter les pylônes pour faire disjoncter la haute tension afin de découper les précieux câbles.





Ce qu'ils ne savaient pas c'est que la chute de la demande ne pouvait pas toujours être répercutée sur les moyens de production. C'est Flamanville qui est partie en vrille la première. Le feu a pris dans le bâtiment turbine et le circuit secondaire s'est rompu. Le circuit primaire surchauffé ne parvenant plus à refroidir le réacteur, le coeur a fondu au bout de 12 heures.




Les opérateurs d'UberAtom avaient déserté depuis longtemps les autres tranches de la centrale et tous les réacteurs ont fondu les uns après les autres suivis de l'explosion des enceintes de confinement. L'exode atomique a alors commencé. Dans le monde entier des millions de gens ont quitté les pays disposant de centrales nucléaires pour trouver refuge dans les pays n'en disposant pas.

Les cargos transportant les réfugiés atomiques blancs ont commencé à s'échouer au Maroc, en Tunisie et sur les côtes Turques. Des centaines de militants d'Organisations Non Gouvernementales locales se sont alors précipité sur le plages pour accueillir hommes, femmes et enfants. Le statut de "protégé" a été leur a été octroyé leur permettant de s'insérer dans le tissu social local en travaillant gratuitement pour des maîtres locaux, les jeunes femmes bénéficiant d'un programme d'insertion sociale spécifique dit "de la main droite" les exemptant à vie de toute autre démarche administrative.

Les ultra riches se rendirent compte que la situation leur avait échappé quand ils durent évacuer leurs propriétés qui se trouvaient en zone contaminée. Ils tentèrent de faire pression sur les quelques décideurs qui étaient restés en poste pour que la zone d'évacuation soit redéfinies en tenant compte de leurs désidératas, mais à leur grand étonnement les responsables leur rirent au nez avec un rire de demis-fous avant de tenter de trouver un moyen de fuite pour eux-mêmes.

Le gouvernement mondial chut en même temps que l'électricité. Sans électricité, pas de réseaux. Sans réseaux les ordres n'étaient plus convoyés, les informations n'étaient plus reçues, le contrôle social virtuel n'existait plus.

Les comptes bancaires disparurent dans le néant. Les riches se retrouvèrent pauvres, y compris les Maîtres du Monde comme aimaient à s'appeler le club des happy few les plus outrageusement richissimes.

La disparition des moyens de gérer leurs colossales richesses réduisit considérablement leur capacité à la mobiliser. Le sauve-qui-peut généralisé les priva de leurs collaborateurs et leur puissance s'éparpilla comme du sable entre leurs doigts.

Ceux qui le purent échangèrent des Van Gogh et des Rolex contre un plein pour leur jet et mirent le cap sur l'île privée qu'ils s'étaient réservée en cas de chaos. Le projet s'appelait "les Iles Monde".

Un archipel mirifique d'iles entièrement artificielles, crées de toutes pièces de sorte que leur location n'existe sur aucune carte. Les satellites avaient été même programmés spécialement pour que la zone apparaisse comme une surface maritime vierge anodine. Le survol de la zone avait été rendu impossible par des ajustement des couloirs aériens et on avait soigneusement choisi l'emplacement à l'écart des routes maritimes. De fausses nouvelles faisant état d'actes de piraterie dans la zone avaient maintenu les curieux à distance.

Quand les premiers rescapés de l'élite mondiale parvinrent à s'y rendre, la déception fût au rendez-vous.




Une seule ile avait été parachevée. Le reste de l'archipel n'était qu'une étendue de tas de sables ou l'on ne rencontrait que quelques crabes qui se protégeaient du soleil sous une vielle porte de frigo ou quelque autre détritus de la civilisation que les vents et les vagues avaient fait échouer là.

Les Maîtres se retrouvèrent entassés sur la seule île équipée, dont les infrastructures n'avaient pas été prévues pour tant d'invités permanents. L'exposition aux éléments les obligeaient d'ailleurs le plus souvent à vivre dans le bunker de haute sécurité au sous-sol.




Municipales, on est (restés) chez nous !

Source chiffres.

La participation aux municipales 2020 :



60% d’abstention, chiffrage optimiste.

Les zélus ne représentent rien. La démocratie tangue.

Les verts profitent de l’union de la gauche et inversement. Le nouveau monde c’est l’ancien en version faiblesse triste.

Et le pire c’est qu’à part les intervenants sur les chaînes info on s’en fout !

Au fait, je le dis depuis longtemps et je note qu’aujourd’hui c’est acté, Bordeaux c’est mort !

Rappelez-moi le programme verts/PS, svp 😂😂😂

La seule façon, pour M, de se débarrasser des verts c’est de nommer Jadot ministre 😉.

Il aurait du faire cela bien avant car aujourd’hui Jadot se voit calife à la place du calife...





samedi 27 juin 2020

"Chroniques Insulaires". 2030. Chapitre VI.


Géocédille, auteur, Merci !!!

6e partie

« La papesse Fatima ».

Tous ces tumultes provoquèrent une vague mystique. Les femmes en particulier se tournèrent vers l'Eglise, l'accusant d'avoir, par ses pêchés innombrables, amené les dix plaies d'Egypte sur le monde. 


Un grand mouvement réformateur secoua l'Eglise et le pape se résolu à convoquer un Concile pour y remédier.

Le Concile Vatican III proclama Marie Corédemptrice de l'humanité et instaura un clergé féminin.

On défroquât tous les prêtres, des plus puissants cardinaux jusqu'aux plus modestes diacres. 

On décréta que les hommes n'étant pas en mesure de respecter le vœux de célibat, le sacerdoce serait désormais réservé aux femmes, par lesquelles seules le salut vient sur terre. On transforma le Notre Père en Notre Mère.







Le Concile débattit pour savoir si le mâle et le mal étaient distincts, mais on ne trancha pas car les cardinales non francophones firent valoir que l'homophonie n'existait que dans certaines langues latines. 

Aussi elle se contentèrent de réformer l'orthographe en abolissant l'orthographe « mâle » au profit de « mal », laissant chacun juge de ce que le mot signifiait selon le contexte.

L'Eglise romaine fit contrition pour la persécution des païens romains et réhabilita Quintus Aurelius Symmaque, l'un des derniers Pontifex Maximus de la religion traditionnelle romaine. 

On développa le concept de protochrétien : Il s'agissait de penseurs précurseurs des idées chrétiennes et plus chrétiens que les chrétiens de l'époque.

Saint Symmaque fut canonisé en tant que Saint Pontife protochrétien du fait qu'il avait nommé Saint Augustin rhéteur à Milan. A l'inverse on excommunia à titre posthume le père de l'Eglise saint Ambroise, l'évêque de Milan qui s'était opposé à Symmaque.

Aussitôt on intégra Ex Cathedra l'enseignement de saint Quintus Symmaque dans les dogmes de l'Eglise romaine :

« L'ensemble des divers cultes comme les différentes manifestations émanent d'un même principe divin trop élevé pour être facilement accessible au commun des mortels ».

En préambule à sa déclaration solennelle, le saint Concile Vatican III publia cette citation Saint Quintus Symmaque :

« Nous contemplons tous les mêmes astres, le ciel nous est commun à tous, le même univers nous entoure : qu'importe la philosophie par laquelle chacun cherche la vérité ? Un seul chemin ne suffit pas pour accéder à un si grand mystère ! »

Le glorieux autel de la Victoire fut réintroduit solennellement dans la Curie romaine, c'est à dire au coeur de la basilique Saint Pierre de Rome.





En application à la nouvelle doctrine, les cardinales élirent au trône pontifical l'imame française lesbienne Yasmine-Sophie Montsinaï, recteure de la mosquée Notre Dame de Paris montrant par là que la France demeurait éternellement la fille aînée de l'Eglise. 

Elle prit son office sous le nom de papesse Fatima, et on révéla au peuple ébahi qu'il s'agissait là de la réalisation prophétique de l'ultime secret de Fatima qui était si secret que les chrétiens en ignoraient jusqu'à l'existence.




Cette ultime réforme mit néanmoins un terme au rapprochement avec l'Eglise Orthodoxe.


Le patriarche de Moscou déclara le siège de Pierre à Rome vacant et on put dès lors réunir le premier concile œcuménique depuis le grand schisme. 

Les évêques transférèrent le titre de pape au patriarche d'Antioche, premier siège épiscopal fondé par saint Pierre. 

Le titre de pontife romain fut anathématisé. 

Les Eglises orthodoxes des diverses diasporas en occident furent réunies en une seule nouvelle Eglise d'Occident accueillant de nombreux transfuges de l'Eglise Catholique refusant d'adhérer à Vatican III.

Mais à peine un nouveau patriarche d'Occident fut-il élu qu'il fut accusé du crime de réhabilitation de l'oppression patriarcale hétéronormative cisgenrée blanche, arrêté dans sa cave-église dans la banlieue de Rome, il fut condamné à abjurer, ce qu'il refusa de faire. 

Il mourut lors des séances de rééducation par le waterboarding destinées à l'amener à renoncer librement et sans contrainte à ses convictions religieuses. 

Son successeur et l'ensemble des fidèles investirent alors les catacombes.




On les déclara ennemis du progrès et terroristes à la solde de Poutine.

Leurs activités en ligne furent tracées et on invita les bons administrés à les dénoncer aux autorités. 

Les églises russes, coptes, roumaines, arméniennes, bulgares ou serbes furent l'objet d'attaques régulières aux explosifs ou au cocktail molotov.


Un point art, décoration et esthétique.

Bonjour,

-Puis-je encore peindre mes murs en blanc, mat ou laqué ?
-Dois-je impérativement pour développer ma vie sociale casser mon blanc ?
-Dois-je écrire blanc sur noir pour être lue ?
-Puis-je laisser à la vue de tous mes cheveux blancs sans risquer l’euthanasie ?




Seules les réponses éclairées par la lumière noire seront validées.

Raciser l'empathie et autres considérations.

....je suis désolé de te le dire, je perds de l'intérêt pour ton blog avec la fin des commentaires libres. Sans eux, il est devenu une sorte de coquille vide malgré les quelques intervenants de qualité habituels.
Je ne te propose pas d'enlever la modération, car le simple échantillon de l'autre psychopathe que tu as laissé passer l'autre jour suffit à refroidir. 


Surtout si on ne peut pas y répondre. 

Et puis même, en réalité, c'est une perte de temps finalement de se prendre la tête avec des low-qi du genre. 

Au moins, on aura eu tout le panel des débiles fronçais ici. On aura vu. 

On pourra témoigner de pourquoi ça va partir en c*uille un jour prochain. :p

.....

(en commentaire, ici.)



Je suis d'accord à 100% !

Quel intérêt peut avoir un blog sans commentaire ?

2011-2020. Voilà ce qu'aura tenu ce blog.

Géocédille, que je remercie, via ses chroniques explique très bien l'idéologie et ses concéquences qui nous détruisent.

Je suis une femme blanche, de religion catholique, je sais lire et écrire.



Je n'ai donc plus la permission de m'exprimer. 

Depuis 2017, la même faction active me promet la fermeture de ce blog. 

Via la modération des commentaires, c'est quasiment en cours.

Je ne me plains pas, je ne tire aucun profit de ce blog, contrairement à ce monsieur empêché de publier :



source

Je ne suis qu'une "white", par définition sans coeur, dénuée de toute émotion, centrée sur mes privilèges, élevée dans une religion qui est responsable de tous les méfaits, née dans un pays coupable de toutes les exactions, instruite par une généalogie scientifique qui ne s'est, dans les faits, qu'appropriée les découvertes des autres peuples racisés. 

Nous savons tous que c'est faux, mais ce sont les lois qui délimitent mon droit à l'expression que personne ne viendra défendre.

La Guerre du Manque dont nous parlons ici depuis des années est en cours.

Le Monde, comprendre les 8 ou 9 milliards d'humains, manque de tout, de pétrole, d'eau douce, de poissons, etc...

Pas étonnant que quelqu'un, quelque part organise la confusion, tente d'effacer l'histoire, distille les divisions farfelues.

Pendant que la folie gagne la planète, les ressources naturelles deviennent de plus en plus rares donc plus chères.

La Chine attaque l'Inde, certains pays du tiers monde ne se nourrissent déjà plus qu'à travers les dons des instutitions mondiales charitables.

Les zintellectuels occupés à imposer l'écriture inclusive ou à sauver les chatons invasifs de nos forêts, ne regardent plus vers le vif du sujet : l'assiette. 

Pour commencer, les stakhanovistes du climat : "Sortez des RS, à chaque clikc c'est un insecte qui meurt".

Ensuite, que religieux agités examinent leurs textes de référence d'après lesquels ils nous abreuvent d'anathèmes. Ils constateront qu'internet n'y est pas mentionné et qu'ils sont donc dans le péché en transgressant les impératifs de leur religion. 

Les autres ? Que certains reprennent leurs études là où ils les ont quittées et apprennent à s'exprimer dans une langue compréhensible. En effet on ne peut partager et échanger que lorsqu'on possède le même lexique.

J'en connais qui se targuent de leur ignorance. Logique ! L'Université n'est qu'un avatar du privilège blanc. L'université, c'est mal. Mal-Mâle. 

Nous sommes dans l'effondrement. Pas avant ou après, juste aujourd'hui emportés par la vague de destructions en chaîne, modélisées depuis tant d'années.

Moins de tout ce qui faisait cohésion, plus de rien, de vide, d'inepties et de ridicule pour cacher le fond du souci : l'injustice et la soif de vengeance, la jalousie mais surtout l'ignorance, non seulement organisée mais nécessaire à toute destruction. 

Au fait ?

"Elle est où, l'amitié entre les peuples, dont on nous a rebattu les oreilles depuis 40 ans ?"

MDR !!!!!










vendredi 26 juin 2020

"Chroniques Insulaires". 2030. Chapitre V.


Géocédille Auteur, Merci !

Chapitre V.



Devant l'impasse, Paris entraina les autres capitales mondiales à proclamer une « Union Globale » qui remplaça l'ONU et l'UE dont les sièges respectifs furent transférés à Jérusalem.
Le palais de l'Elysée ayant été transformé en un Centre de Célébration Permanentes des Fiertés Noires LGBT par l'Acte de Dédommagement Perpetuel Des Contritions de la Blanchitude par lequel tous les bâtiments historiques Francais avaient été cédés à diverses organisations de victimes intersectionnelles reconnues d'utilité compassionelle.
Ainsi finit la République Française, si on fait exception de la proclamation à Chamalières d'une éphémère République Française par Valéry Giscard Destaing avant qu'il ne meure de vieillesse quelques mois plus tard.

A Paris, malgré l'instauration de la gouvernance mondiale, le ravitaillement demeurait erratique et la famine avait transformé le mur de protection périphérique en enceinte de prison.
Les animaux domestiques disparurent étrangement. La Commission Globale rendit le véganisme obligatoire après que les algorithmes aient détecté une baisse conséquente de la mise en ligne de nouvelles videos de chatons.

Puis il y eu l'exode des vieux après l'adoption par le comité éthique mondial du principe du libre choix de l'euthanasie par algorithme.

Le principe en était le déploiement d'un algorithme destiné à aider à déterminer les personnes éligibles au protocole de sédation profonde pour une fin de vie digne et sans souffrance. Les décisions de l'algorithme permettant de se passer de l'avis de l’intéressé, de la famille et d'un comité de médecins.
L'exode commença quand le personnel soignant de l'hôpital da la Pitié à Marseille révélèrent qu'une évolution de l'algorithme sélectionnait tous les patients de plus de 65 ans non solvables. Les personnes âgées qui le pouvaient s'enfuirent des centres urbains pour se cacher dans les bois et les montagnes.
La sentence de l'algorithme bloquant leur vie numérique, il se retrouvaient sans moyens de payement.
Les moyens de transports leurs étaient inaccessibles et la fuite à l'étranger impossible sinon par la mer. Les personnes approchant de la soixantaine se mirent à « oublier » de rentrer de destinations lointaines.
Le prix des vols vers les pays du tiers monde, déjà très élevés, devint exorbitant. Un vol pour Cuba, la mythique, l'ile où, disait-on, le malheur n'avait pas frappé, se négociait pour votre poids en or.
Bill Gates, Georges Sauros et Bernard Arnauld avaient tenté d'y demander l'asile mais Raoul Castro les avait fait arrêter sur le tarmac dès leur descente de jet et on n'avait plus jamais entendu parler d'eux.



Certains disent qu'ils croupissent dans une des prisons du régime, d'autres qu'ils ont servi de nourriture aux poissons. Ce qui est certain, c'est que Cuba a, depuis, décrété un embargo contre l'Amérique du nord, le Chili National Socialiste et l'Europe et que les produits Cubains sont désormais réservé aux Cubains.



A ce stade la portée des directives globales, c'est à dire de la loi, se limitait aux centres urbains globalisées. A Paris même, cette portée ne dépassait en réalité plus guère les frontières du 7e arrondissement.
La gouvernance globale régnait désormais sur un univers virtuel qui n'avait plus d'emprise sur la réalité du monde.

Certaines villes-monde échappèrent même complètement au contrôle de la gouvernance globale. Les survivants désertèrent Stockolm après le désastre de la politique de Chauffage Urbain Féministe Décarbonné et Inclusif.
Depuis, la ville a été transformée en caravansérail spécialisé dans la vente d'esclaves blanches exportées mondialement via E-Bey, un service de vente en ligne d'esclaves et d'épices.


jeudi 25 juin 2020

Distingués universitaires et Guerre raciale.





 ———

(Humour, bien sûr !) 


Sourires du jour.

Avec la participation active de Mila, merci !





(Oui, oui, déjà postée !)












(Veuillez m’en excuser mais je suis très occupée entre la fin du confinement et le début des congés d’été....Comme nous tous !)