dimanche 19 avril 2020

L’eau et le Coronavirus.

https://twitter.com/afpfr/status/1251887239992311809?s=21



Via les Matières fécales dans le réseau d’eau non potable. C’était certain après avoir vu l’Asie désinfecter ses conduites d’eaux usées.

Souci urbain : tous les sans-papiers, les SDF, migrants, roms, etc... utilisent ces points d’eau non-potable des fontaines pour se laver, emporter de l’eau et même la boire...

Je vous disais en commentaire que les populations fragiles avaient déjà déserté la capitale.

Ceux qui restaient partiront après la fermeture des robinets sur rues.

C’est bon pour toutes les agglomérations.

Soit, on déconfine tous, soit ça va être un casse-tête inimaginable. Des passeports biologiques pour être autorisé à sortir ? Ça c’est du flicage de luxe ! 

Quand on est incapable de fournir des masques et des gants en plastique .... je vois pas trop comment on pourrait se permettre un code barre mis à jour pour 67 millions d’habitants ... ou alors des attestations médicales (de complaisance pour certains ?)

C’est la fin de tout travail au noir. Là, je pense au Batiment. Gloups. La fin des travailleurs détachés aussi...

Droit de retrait des enseignants ? Comment les parents pourront-ils reprendre le travail ? 

Pas de vacances d’été ? La fin des campings et des locations saisonnières ? 

Qui voudra se déconfiner le 11 mai ? L’idée de partir au front n’a jamais été souriante.

Bref, ils ne gèrent rien parce que c’est ingérable. Donc c’est nawak.

En attendant, les salaires ne seront pas versés indéfiniment à ne rien faire. Tout a augmenté de 30%.

Tout le système de répartition sociale est sous tension.

La bonne nouvelle ? Une belle immunisation collective se fait doucement.

Le temps guérit tout. 

;)

———


Perso, je suis à bout, mes deux neurones, en manque d’oxygène disponible, discutent entre eux. Ils me laissent tranquille. 

J’admire le beau boulot, la fragilité du système, la rapidité à laquelle on peut fermer des frontières, l’immense solitude de beaucoup tant affective que financière, le courage de certains, l’imbécilité des autres.

Une chose invisible et malveillante a étouffé le monde. 

J’ai le sentiment de vivre dans un roman de SF. 

La fin ? Le héros atteint la stratosphère et, de son vaisseau, asperge la planète d’un produit dispersé en pluie qui tue la chose maléfique. 

Il se filme en direct live sur YT. Ils recueille tant de likes que sa femme et ses enfants pleurent d’émotion. 

Les chinois, aidés en cela par la CIA, l’abattent dès son retour car sa grande notoriété lui conférait de fait le titre de Sauveur de L’Humanité.

End. 



 ————

Après l’allocution de 2h du premier ministre.



(Compte Twitter LREM. Non parodique).