lundi 30 mars 2020

Manger le stock d’animaux sauvages ?



Extraits de l’article source :

Le point de départ de cette pandémie, c’est un marché ouvert de Wuhan dans lequel s’accumulent des animaux sauvages, serpents, chauves-souris, pangolins, conservés dans des caisses en osier. En Chine, ces animaux sont achetés pour la fête du Rat. Ils coûtent assez cher et ce sont des aliments de choix. Sur ce marché, ils sont touchés par les vendeurs, dépecés, alors qu’ils sont maculés d’urine et que les tiques et les moustiques font une sorte de nuage autour de ces pauvres animaux, par milliers. Ces conditions ont fait que quelques animaux infectés ont forcément infecté d’autres animaux en quelques jours. On peut faire l’hypothèse qu’un vendeur s’est blessé ou a touché des urines contaminantes avant de porter la main à son visage. Et c’est parti ! Source et bien plus.

Les animaux sont effectivement à l’origine de la plupart des crises épidémiques depuis toujours : le VIH, les grippes aviaires type H5N1, Ebola. Ces maladies virales viennent toujours d’un réservoir de virus animal.

Ce qui m’a frappé au Laos, où je vais souvent, c’est que la forêt primaire est en train de régresser parce que les Chinois y construisent des gares et des trains. Ces trains, qui traversent la jungle sans aucune précaution sanitaire, peuvent devenir le vecteur de maladies parasitaires ou virales et les transporter à travers la Chine, le Laos, la Thaïlande, la Malaisie et même Singapour. La route de la soie, que les chinois sont en train d'achever, deviendra peut-être aussi la route de propagation de graves maladies. 

Sur place, les grottes sont de plus en plus accessibles. Les humains ont donc tendance à s'approcher des lieux d'habitation des chauves-souris, qui sont de surcroît des aliments très recherchés. Les hommes construisent aussi désormais des parcs d’arbres à fruit tout près de ces grottes parce qu’il n’y a plus d’arbres en raison de la déforestation. Les habitants ont l’impression qu’ils peuvent gagner des territoires, comme en Amazonie. Et ils construisent donc des zones agricoles toutes proches de zones de réservoir de virus extrêmement dangereuses. 

Il faudrait créer une sorte de tribunal sanitaire international.


Au Laos, dans la campagne, il y a beaucoup de marchés où les animaux sauvages sont vendus comme des poulets ou des lapins. Dans l’indifférence générale, car c’est la culture locale. Or la culture est la chose la plus difficile à faire évoluer dans un pays. 
————- pourquoi les laotiens ou les chinois ou les pygmées mangent-ils le stock d’animaux sauvages ? Pourquoi les animaux sauvages sortent-ils de leurs habitats naturels ? Pourquoi les virus se diffusent si rapidement ? 
Quand les services sanitaires de la RDC ont demandé aux pygmées, en pleine épidémie d’Ébola, de cesser de chasser les animaux dans la forêt pourquoi ont-ils refusé ? Ils sont idiots ou simplement ils doivent se nourrir ?
Idem : les laotiens sont-ils stupides ou doivent-ils survivre en mangeant ce qu’ils peuvent ? 
Pourquoi le Brésil déforeste-il ? Pour trouver de nouvelles terres arables et éventuellement du pétrole. Pourquoi ? Pour les mêmes raisons.

C’est marrant tout de même tous ces gens qui se félicitent que la « Terre reprenne ses droits » sans aucunement réfléchir au fait que c’est la civilisation qui les nourrit, via les épandages, les transports, le système alimentaire complexe et mondialisé et la grande distribution....

Ils sont idiots, contrairement aux pygmées qui savent aller à l’essentiel.

C’est marrant tous ces gens qui ne font aucun lien entre surpopulation, commerce international et diffusion des virus...

La surpopulation c’est le principe actif de la dépopulation.

Offrez-moi un modèle cohérent de cultures pour 8 milliards d’humains, sans engrais pétrochimiques, sans exportation vers des pays lointains, l’Alaska par exemple, à un coût abordable pour tous et je vous promets que je rentre dans vos sectes arikrisna.

Sauver le climat, c’est vraiment un truc de riches ! Qui achètent 40% plus cher des carottes bio qui ne tirent pas l’eau des mêmes nappes phréatiques ... 

Offre moi du rêve : des protéines animales pour tous... sans miser sur le poisson qui déserte les océans et dont les réserves sont en déplétion depuis déjà 15 ans ! 

Les écologistes à courte vue vous êtes une plaie pour l’humanité dans son ensemble. Vous vous bercez tant d’illusions que de vos propres ignorances et égoïsme maladif.

Le Soudan, l’Iran, l’Irak, le Zimbabwe, Haïti, la Malaisie, l’Indonésie..., entre autres car la liste est longue , ne vous remercient pas.