jeudi 5 mars 2020

Le corps sacré du Roy.



Au palais de l’Élysée, dans l’entourage proche du président de la République, la préservation de la bonne santé d’Emmanuel Macron fait également l’objet de toutes les attentions, à mesure que l‘épidémie est en train de gagner du terrain en France. Lui qui est en contact régulier et quotidien avec un grand nombre d’interlocuteurs doit faire désormais attention… à ne pas être contaminé à son tour.

Un protocole de vigilance a donc été mis en place autour du chef de l’État. Ses contacts doivent être limités. Bien que sollicité en permanence, Il ne doit plus serrer les mains, ni faire de bises. Comme à chaque Français, il lui a aussi été recommandé de se laver les mains très régulièrement. Des membres de sa garde rapprochée peuvent donc lui fournir une solution hydroalcoolique en cas de besoin. 




Selon la radio RTL, en cas d’épidémie massive, l’Élysée, Matignon et les ministères pourraient, par ailleurs, instituer une sorte de plan de continuité d’activité. 



Emmanuel Macron, Édouard Philippe et quelques collaborateurs seraient, alors, transférés dans un lieu confiné – qui pourrait être le fort de Vincennes – avec dossiers et vivres, afin d’assurer les missions essentielles.Un scénario ultime, mais il existe.






Ça baisse par 2 points depuis 12 mois mais le compteur reste sur 30%.

Magie de l’IA.

10 commentaires:

  1. https://t.me/s/coronalive

    "Petit rappel. Ceci n'est PAS la grippe.

    1. La virulence (R0) du SRAS-CoV-2 est estimée entre 1,4 et 6,49, avec une estimation moyenne de 3,28 . Cette estimation moyenne est beaucoup plus élevée que celle de la grippe saisonnière, qui a un R0 de 1,3 . Cela signifie que le CoV-2 du SRAS se propage nettement plus vite que la grippe saisonnière. (3.28, par rapport à 1.3, c'est pas "presque deux fois plus rapidement", car on parle d'un procédé multiplicatif; c'est BEAUCOUP plus que ça !)

    2. Le taux de mortalité du SRAS-CoV-2 est d'au moins 2 à 3%, potentiellement de 5% ou plus. Ce taux est 20 à 50 fois plus élevé que celui de la grippe saisonnière, qui est d'environ 0,1 %.

    3. Le SRAS-CoV-2 peut être transmis sans que les personnes infectées ne présentent de symptômes. Il est donc beaucoup plus difficile à contrôler (voire impossible).

    4. Environ 20% des infections par le virus se traduisent par des symptômes graves qui nécessitent une intervention médicale. Cela représente plus de 10 fois le taux d'hospitalisation de la grippe saisonnière.

    5. Les symptômes du SRAS-CoV-2 peuvent persister plus d'un mois par rapport à la grippe saisonnière où les symptômes ont généralement tendance à disparaître après 3 jours, maximum 5 jours. C'est très problématique, car vous êtes potentiellement infectieux pendant un mois; et imaginez si vous occupez un lit d'hôpital... cela demande énormément d'énergie, de temps, d'argent et de travail pour s'occuper de vous, en plus d'occuper un lit qui ne sera pas disponible pour quelqu'un d'autre.

    6. Il n'existe pas de vaccin ni de traitement efficace contre le SRAS-CoV-2 à l'heure actuelle, alors que les gens se font régulièrement vacciner contre la grippe chaque année.

    7. Il n'existe pas d'immunité collective contre le SRAS-CoV-2, ce qui signifie qu'il peut théoriquement infecter la population entière. Voir le cas, par exemple, d'un service psychiatrique coréen où le virus a infecté... 99.5% des personnes présentes dans l'hôpital.

    Maintenant, considérons l'effet multiplicatif que tous ces attributs ont pour le virus. Par rapport à la grippe saisonnière, le SRAS-CoV-2 se propage plus rapidement ; tue beaucoup plus ; est plus difficile à contrôler ; nécessite l'utilisation de beaucoup plus de ressources médicales ; pendant une période beaucoup plus longue ; n'a pas de traitement efficace ; et peut infecter des populations entières."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Selon Neil Ferguson de l'Imperial College de Londres, il y a probablement 1000 cas derrière chaque mort; non 100, car :

      Admettons pour l'exercice que le taux de mortalité est de 1%, cela veut dire que parmi 100 personnes infectées, une personne meurt.

      Or, pour que cette personne meure, il faut qu'elle soit passée par l'infection, l'incubation, le développement de symptômes, l'aggravation des symptômes et enfin la mort.

      Pendant le temps où tout cela se produit (en moyenne 15 à 20 jours pour le tout), s'il y avait 100 personnes au moment de son infection, il y a déjà un millier de personnes infectées entre le moment où elle attrape le virus et le moment où elle meurt.

      Selon son modèle il faut multiplier le nombre de morts dans un pays par 800 à 1000 pour avoir le nombre réel d'infectés, même si une majorité de ces gens sont encore en période d'incubation.

      Je vous laisse faire les calculs."


      107 morts en Italie...

      Mais n'écoutez pas ces oiseaux de malheur. Surtout ne faites pas comme le gouvernement. Pas de vivres, ni de point de repli "au cas où ULTIME". Continuez de travailler comme si de rien n'était. Et surtout, oui surtout, si quelqu'un tousse et postillonne, allez directement le respirer car c'est bon pour vous, surtout si vous êtes retraité ou au chômage. Faites comme les iraniens, allez tous lécher le même mur pour demander la grâce d'Allah. Peut se faire aussi avec les barres pour se tenir dans le RER 6. Bref, pas de quoi paniquer. Une simple gripounette. Les chinois avaient bouclé leur pays, on a des vidéos de gens qui se jettent du haut des immeubles. Un simple vague à l'âme asiatique exploité par des paranos conspirationnistes. Allez, à tout à l'heure au concert de M'Pokora ! La bise tout en marchant ! o/

      Supprimer
    2. https://i.imgur.com/96V6XTa.png

      Supprimer
    3. une grippe qui disparaitrait en 3 jours? Où ta vu ça?

      Supprimer
    4. Bien sûr. Ouvre la bouche que je tousse dedans l'ami. Ce n'est rien qu'une toute petite grippette ! Si ce n'est rien, pas de raison d'avoir peur ? Non ?

      Supprimer
    5. Corona-Chan @ grippe ou pas tu me fais ça je te tue mdr !!

      Supprimer
    6. Je manie l'ironie et la provocation face à une situation que je trouve pas très bien gérée (doux euphémisme) et face à bien des gens encore dans le déni (sans pour autant tomber dans le catastrophisme, c'est pas la fin du monde). ;)

      Je l'ai dit, j'ai déjà vécu une situation épidémique entre autres situation bien merdiques. Et quand les gens super détendus actuellement seront en face de la réalité, ce ne sera pas la même. Il faut être d'une naïveté absolue pour ne pas voir le plan média que déroule l’État actuellement. Plan média qui est invariablement le même dans ces situations. Exactement ce que j'ai déjà vécu. J'espère que les bidochons yorarien aiment les soldats en combinaisons hazmat. Comme on le voit dans les autres pays avec quelques jours d'avance sur nous. Et encore eux font quelque-chose. Rien ne dit que l’État nous protègera. Ils sont dans la communication uniquement pour l'instant. ;)

      jdcjdr

      Supprimer
    7. Pour détendre 9:08 et qu'il reste dans son bain :

      https://www.youtube.com/watch?v=MDDtH_-t_aM

      Supprimer
  2. Mes collègues toussent et viennent bosser grippés et ne comprennent pas que je ne les veut pas à moins d'un mètre de moi.

    Si ce virus est méchant ça va être le festival du Darwin award.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pour un virus lambda, le minimum serait de protéger les autres en portant un masque ou en restant chez soi. A l'inverse en France on pense se sacrifier en allant bosser malade... :/

      Supprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.