lundi 3 février 2020

Protection de l’enfance, augmentation des taxes locales.

Stratégie nationale de prévention et de protection de l’enfance.
Nous avons cherché un équilibre géographique entre les territoires urbains et ruraux, incluant les outremers, ainsi que les départements présentant des particularités telles que l’insularité, une démographie croissante ou l’arrivée importante de mineurs non accompagnés.
Ces contrats impliqueront un cofinancement par les départements à hauteur de 50 % à l’échelle nationale pour des projets avec des objectifs fixés et dont les premiers résultats seront évalués d’ici un an.
Une première vague de contractualisation dotée d’une enveloppe de 80 millions d’euros. Source
Plus de 350 000 jeunes font l’objet d’une mesure de protection de l’enfance en France, dont la moitié sont placés dans des foyers ou auprès de familles d’accueil.
Confronté à d’importantes difficultés, le secteur de l’Aide sociale à l’enfance (ASE), placé sous la compétence des départements, a fait récemment l’objet de plusieurs documentaires télévisés révélant des prises en charge défaillantes, notamment dans des foyers.
———-
Les illustrations n’ont rien à voir... koike...







L’école de la confiance (?) c’est le prooojjjeeettt et le souhhhhait d’une instruction alimentée par des fonds privés.....






4 commentaires:

  1. Le récent reportage de M6 sur l'ASE m'a rendue malade vraiment
    Au lieu de nous pondre encore de nouveaux truc qu'on s'occupe de ces dysfonctionnements et que en parallèle on réfléchisse à au cofinancement.
    L'enquête à démontré que c'est le laxisme et le manque de volonté des acteurs sociaux qui ont conduit à cette situation
    Le financement si on ne change pas les mentalités est un pansement sur une jambe de bois

    RépondreSupprimer
  2. Vu sur le programme France Inter, émission "Président autoritaire le jour, pilleur de son pays la nuit". C'est pas de la France mais du Gabon dont il est question !

    Ces journaleux, toujours à voir la paille dans l'oeil du voisin sans jamais voir la poutre dans le leur.

    Voir la fausse candeur, c'est mignon comme ils sont choqués : "(...) un homme qui s’est intronisé président par la force. (...) les membres du clan Nguesso ont fait main basse sur toutes les richesses du pays. Tour à tour, ils ont usé et abusé des privilèges de leurs titres ou de leurs fonctions ! Pire, ils ont utilisé – et utilisent encore – les moyens de l’État congolais pour servir leurs propres intérêts et enfin – comme si cela ne suffisait pas – ils ont aussi détourné des sommes d’argent considérables en se servant dans les caisses publiques !" Ca ne vous rappelle personne ?

    https://www.franceinter.fr/emissions/affaires-sensibles/affaires-sensibles-03-fevrier-2020

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout pareil en France. Et certainement partout !

      Supprimer
  3. Gabon ou Congo ? Ou plus précisément RDC ?

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.