lundi 3 février 2020

Migrants esclaves.



Source

À Paris, c’est souvent la même chose, des attroupements de migrants pour une embauche à la journée dans le BTP.

C’est triste, déprimant et inhumain.

Pour ceux qui croient en Dieu, pensez-vous que ce traitement des plus faibles soit juste ?

Les plus faibles ? Pour le moment. La roue tourne et ces gens ont montré leur adaptabilité à des conditions de vie spartiates.

« On est tous frères ». Vraiment ? Les limites du vivre ensemble c’est le fric et l’exploitation de l’homme par l’homme.

Les trottoirs de Tripoli, de Paris, de L.A, de Manille deviennent interchangeables.

D’autre part :
pourquoi augmenter les salaires quand la main d’œuvre est si peu chère et si nombreuse ?

Et enfin : quelle qualité de constructions et de maintenances diverses lorsque toute formation est absente ?

Faudra pas venir se plaindre des effondrements de bâtiments ou de l’effondrement tout court.

Les valeurs partagées mais quelle blague !