vendredi 31 janvier 2020

Silence, rejets radioactifs au Tricastin.




Une fuite radioactive de Tritium atteignant jusqu'à 1150 Becquerel par litre (Bq /l) pour un maximum autorisé de 1000 Bq/l s'est produite dans l'enceinte géotechnique située sous la centrale du Tricastin. 

La tuyauterie d‘un réservoir d'effluents radioactifs a laissé s'écouler les rejets mortels durant deux mois sans que la moindre information au public et à la Commission Locale d'Information (Cligeet) ne soit donnée par EDF. Un appareil de mesure piézométrique à même détecté en novembre et décembre 2019 des rejets radioactifs atteignant le niveau faramineux de 5300 Bq/l.

La centrale nucléaire du Tricastin , la plus vieille de France après Fessenheim, a été construite non seulement sur une faille sismique mais aussi en dessous du niveau du canal de Donzère-Mondragon mais également sur des marnes instables. Il a donc fallu lors de sa conception et l'adaptation de la licence américaine vendue à la France par Westinghouse dans les années 70 y implanter en-dessous une enceinte géotechnique interne pour tenter de séparer et contenir les eaux souterraines de la nappe phréatique.
EDf avoue que l'un des piézomètres de l'enceinte géotechnique a mesuré des pics de radioactivité en tritium atteignant jusqu'à 5300 Bq/l et durant deux mois en novembre et décembre 2019. Comme l'activité en tritium mortel qui franchie allègrement la barrière de la peau varie en fonction des mouvements de la nappe et de la météo : les valeurs observées font du yoyo pouvant passer de 400 bq/l à 1000 Bq/l et plus. EDF reconnait que de nouvelles contaminations au tritium pourrait avoir lieu au niveau de la nappe interne dans les semaines voire les mois à venir. 

Beau programme et beau mutisme de l'ASN. Le business avant la sécurité sanitaire des populations et des territoires. Source

————-

⚠️ Fissures sur la cuve du réacteur n°1
⚠️ Vulnérabilité aux risques extérieurs 
⚠️ Pbs au niveau de la piscine de refroidissement