mardi 28 janvier 2020

La féminité bientôt toxique.

La «masculinité toxique» inclut désormais les hommes qui parlent de sport entre eux.


Ok. Je sais qu’à un moment donné la propagande s’abattra sur la « féminité toxique ». C’est logique. C’est même obligatoire car l’homme et la femme forment un couple signifiant. Il faut détruire l’image de l’un comme de l’autre pour que ça marche.

Mais comment définir la « féminité toxique » ?

- celles qui brodent

- Les belles

- Les mères

- Les maquillées, décolletées, le fer à repasser à la main, les porteuses de stilettos, celles qui lisent des romans d’amour de gare, les épilées, les faux ongles, les 100% hétéro, les parfumées...

Ça viendra. C’est certain.


(Vermeer, la dentelière. Sera brûlé vendu à un collectionneur privé)