vendredi 29 novembre 2019

Alimentation saine et bio, les pauvres exclus.

Le régime de santé planétaire résulte de travaux ayant impliqué pendant trois ans, 37 scientifiques issus de 16 pays du monde. Sa démarche reste novatrice, car elle représente la toute première tentative visant à examiner les possibilités d’une alimentation saine, à partir d'une production alimentaire durable.

Pour les auteurs du rapport, la Commission Lancet-EAT a délibérément omis de mettre en lumière l’accessibilité économique de ce régime universel. Et sur ce point, les experts estiment qu’il est hors de portée pour une bonne partie de la population mondiale dont les revenus sont trop faibles pour se l’offrir.

Selon les estimations, le coût global moyen de ce régime avoisine 2,84 $ par jour, ce qui est un luxe dans une société où près de 2,8 milliards de personnes vivent avec moins de 2 dollars par jour.

Par comparaison, en Afrique de l’Ouest, les ménages urbains pauvres dépensent dans leur alimentation 347 $/an, soit environ 0,95 $/jour contre 297 $/an (0,81 $/jour) pour les ménages ruraux.
D’une manière générale, le rapport souligne que le prix du régime alimentaire idéal est hors de portée pour près de 57,2% de la population en Afrique subsaharienne et 38,4% de la population d’Asie du Sud. 

Proportion de personnes dont les revenus journaliers sont inférieurs au coût prix du régime alimentaire universel
Ils se foutent du monde. Pas besoin de payer des types à ne rien faire, on le savait. Bientôt 10 milliards et ? 
Qu’est-ce qu’on mange, qu’est-ce qu’on boit ?