dimanche 29 septembre 2019

"Je suis végétarien à 4 ans".

Capture d'écran de ce matin.


1) parce que c'est mon choix ?

2) parce que je ne connais pas l'apport des protéines animales nécessaire à ma croissance ?

3) parce que ma mère est sur FB et me parle le téléphone à la main ?

*4) parce qu'il faut tuer les vaches pour sauver le climat ?

=========

..... Atterrée je suis ! Je remarque, totalement hallucinée que la consommation de "Surimi" cet aliment totalement industriel est toto-risée dans les milieux ignorants des lois biologiques.

Eugénisme en cours via la sélection par le QI... ?  Par le manque d'instruction et les manipulations médiatico-économico-politiques.

Le loumpen, historiquement grand consommateur de propagande, se suicide.

La prochaine génération sera débile mentale et physique.

(*t'inquiète, petit bonhomme, il y a plein d'enfants pour prendre ta place, manger les vaches et devenir forts pendant que toi, tu rapetisses et deviens carencé. L'effet du bœuf sur les japonais qui ont pris plus de 20 cm en une génération.... tu sais, pour toi, cet effet s'inversera...)

27 commentaires:

  1. Il y a un peu de tout en ce moment.
    Du vrai dans le faux,du faux dans le vrai.(c'est leur méthode aux façonneurs de conscience,pour perturber la masse)
    Une chose est sur,la consommation de viande et de poisson peut être intégralement remplacé par les œufs.Les seuls laits et fromages bons pour la santé sont ceux crus,tout ce qui est pasteurisé est poison.La méthode de production va tout de même être revu.On n'enlève pas des petits à leurs mères,nous aurons droit au surplus pour notre alimentation à nous,pas plus.......

    RépondreSupprimer
  2. Historiquement le rapport des classes sociales à la consommation de viande est important du point de vue de la domination comme de celui de la santé.

    Du moyen âge à nos jours, des seigneurs à « la poule au pot du dimanche », de la paysannerie à l’industrialisation.

    Sur tous les continents le rapport au régime carné décrit les structures sociales.

    Personnellement je suis quasi végétarienne depuis très longtemps. Ceci au regard de mes activités physiques.

    Mais.... jamais, jamais, jamais je ne refuserais de donner de la viande à un
    enfant.

    Il n’y a qu’à regarder du côté des populations des cotes sénégalaises (un exemple vu ici) qui ont perdu leur apport en protéines animales suite à la pêche intensive....et les carences qui s’en sont suivies.

    Ensuite les chinois ont pollué les océans avec leur containers de porcs fiévreux....

    Je vous déteste les stakhanovistes du « climat » !

    Allez plutôt assainir les rivières de plastic en Indonésie !



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un bon steak le dimanche,un peu de poisson la semaine et le système agroalimentaire de la mort saute.
      La voie du milieu,les extrêmes se rejoignent toujours........toujours.

      Supprimer
  3. La greta, qui est vegan, a un corps de fille de 12-13 ans alors qu'elle a presque 17 ans. Sacré publicité.

    RépondreSupprimer
  4. Petit fils de paysan du côté de mon père, il y a toujours eu de la viande à table. Le vendredi c'était poisson par habitude car mes parents se considèrent athées. Je l'ai été jusqu'à 19/20 ans où nombre d'évènements "bizarres" m'ont amené à comprendre que je ne pouvais pas tout expliquer avec le peu de science que l'école m'avait enseigné. La première personne à mettre des mots sur mon "réveil" spirituel était un rasta, je suis donc devenu un rasta intégriste comme les petits blancs savent l'être : végétarien (mon "gourou" avait pris ses arrangements avec sa foi qui prône le végétalisme), ne buvant pas d'alcool et homophobe car tout ça venait de Jamaïque et du coup nous répétions tout ça comme de gentils perroquets, tout honteux que nous étions d'être issu d'un peuple colonisateur... Quelques années à charger/decharger des camions où à préparer des palettes de livraison m'auront remis dans la consommation de viande. Toujours pas d'alcool. La séparation d'avec la maman de mon fils et je reprends la tisane. Un flirt court mais intense avec une femme d'origine italienne et je consomme à nouveau de la charcuterie. Je viens de Bretagne, d'argoat, pas d'armor. En 30 ans j'ai été élevé d'une façon, je l'ai renié integralement, j'ai fait des arrangements et je suis revenu à la base. J'ai maintenant 43 ans et je mange chaque morceau de viande en ayant conscience qu'ils sont les derniers. Sauf si j'arrive à m'acheter une terre, une ferme, a cultiver, a élever, à ré-apprendre le métier de mes grands parents.
    J'aime une série par dessus toutes les autres : Kaamelott. Pour ceux qui connaissent : le gras, c'est la vie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Le gras c'est la vie"
      Pour beaucoup d'humain sur cette terre c'est vraiment le cas.

      Supprimer
  5. Quand je dis qu'il y avait toujours de la viande, ce n'était pas que du bœuf. Beaucoup de poule, poulet, lapin, faisan. Le porc en saucisse en grande partie. Le bœuf à l'occase, on le prenait chez le boucher/charcutier qui se déplaçait dans toute la campagne environnante.

    RépondreSupprimer
  6. HS

    Discours de Zemmour - Éric Zemmour affiche sa peur face à "l'extermination de l'homme blanc hétérosexuel"

    https://www.youtube.com/watch?v=fDyKGEDsxuw

    "Vous avez raison d'avoir peur"
    "Islam = nazisme"

    Encore un petit effort et il nous dira à cause de qui tout cela arrive et pourquoi les blancs se retrouvent dans cette situation. Si on lit entre les lignes, il faudrait qu'on se batte contre les musulmans pendant que de l'autre côté certains, de la même religion que lui, disent aux musulmans et autres divers de se battre contre les blancs "responsables de tout". Une jolie mâchoire que voilà. Et ça va passer crème.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai été aussi consternée que toi en lisant ce commentaire.
    La vie est une maladie mortelle alors pourquoi vouloir absolument imposer cette dictature alimentaire qui a défaut de nous faire mourrir à petit feu nous rendra complètement idiot.
    Tout est devenu cancérigène aparement même les tomates en conserve (....) et pourtant nous vivons de plus en plus longtemps.
    Et puis merde ....
    Si je venais à apprendre que l'incendie de Rouen était du à un extrémiste anti mondialiste ou autre débile écolo du même genre pour se faire mieux faire entendre leurs discours alarmistes et montrer la preuve que nous allons tous creuver je ne serais même pas étonnée

    RépondreSupprimer
  8. "C'est trop super de voir ces enfants très en avance"

    Voilà un des problèmes de notre temps: chaque parent est convaincu d'avoir mis au monde un petit génie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les enfants changeront le monde mais franchement pas ceux là

      On devrait remettre au programme "sa majesté des mouches" pour comprendre que les enfants sont de petits monstres avant que l'instruction les rendent civilisés. Et pas toujours malheureusement

      Supprimer
  9. Amusant = Le Petit Vaticaniste @vaticaniste
    #Indiscrétion #Chirac
    @EmmanuelMacron a imposé au @dioceseparis une célébration très brève de 45min, rendant difficile la célébration d'une messe. Le prétexte: un déjeuner après à l'Élysée.
    Une décision qui suscite le malaise au sein d'@Eglisecatho
    08:50 - 28 sept. 2019

    logique chez un narcissique : il méprise les vivants et encore plus les morts même s'il les utilise pour faire monter sa cote de popularité : lui d'abord, ses propres intérêts (comme pour le défilé sur les champs écourté lors de la coupe du monde de football)

    RépondreSupprimer
  10. https://www.facebook.com/1202018932/posts/10218004301238072/

    Oui certain enfants ont changé le monde. Ceux la en ont fait partie

    RépondreSupprimer
  11. A 16 ans ils piqueront des crises d'adolescence contre leurs parents et mangeront des tournedos béarnaise.

    La viande pour moi c'est de plus en plus rare : 5 euros pour un morceau de vache laitière sous vide...bah non je préfère de bons oeufs ou du poisson. Il n'y a que les riches qui mangent de la viande aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vu le prix du poisson ....mangeons des pommes

      Supprimer
    2. Eh oui. Mais pas de Haute-Normandie du coup. :)

      Supprimer
  12. A 4 ans j'ai eu une époque végétarienne, je refusais même de manger des raviolis, persuadée que la sauce tomate était du sang.Je me suis remise à manger progressivement de tout (ou à peu près). Aujourd'hui, encore, je ne mange aucun animal entier (lapin/poulet) aucun abat. Non par idéologie mais par gout. Une de mes petites filles a fait de même à 4 ans, à 8 ans, c'est encore de compliqué à difficile, elle mange les chipolatas (car elle adore ça) et quelques autres trucs, elle refuse toujours les oeufs sauf cachés dans des préparations. Petite manger des trucs morts me donnait la nausée, aujourd'hui, cuisiner de la viande m'est parfois difficile, mais cela n'a rien d'idéologique, ni de logique d'ailleurs, car servez moi un steak tartare avec un bon verre de vin rouge, pas de problème!

    RépondreSupprimer
  13. Il y a un véritable problème avec la production de viande agro-industrielle ceci dit.
    Dans mon île il y a de l'élevage artisanal et du bon, en effet il y a des paturages salés, des paturages qui sont plutot de la garrigue avec du thym du romarin et plein d'autres plantes aromatiques.
    Tout celà fait qu'on y produit une viande particulièrement goûteuse.
    Et pas chère, 7 €/Kg chez le boucher pour le chevreau sous la mère local.

    Ha mais j'oublie de vous dire que c'est parfaitement illégal.

    En effet la chaine de production locale contrevient aux directives zeuopéennes.

    Pour bien faire il faudrait embarquer les animaux vivants dans des ferries, les envoyer au Pyrée d'où on devra les acheminer à un abattoir certifié par la-mère-de Junker-en-short où ils seront mélangé au cortège funèbre des bestiaux de batterie pour qu'un type les zigouille à la chaine de façn hygiénique parait-il.

    Mais c'est pas tout, le cerveau devrait etre extrait et expédié à Thessalonique ou se trouve le seul labo d'analyse du pays pour savoir s'il n'y a ni vache folle ni tremblante du mouton, dont on n'a jamais eu d'épizootie jusqu'ici en Grèce mais bon. C'est justement la preuve que c'est utile, non?

    Enfin si le signal est au vert les carcasses doivent reprendre la route, puis le ferry et reviennent sur l'île. Autant dire que ce serait plus rentable de les vendre à Athènes ou sur le continent.

    Enfin le boucher pourrait recevoir sa carcasse, bien faisandée l'été après ce parcourt a moin de s'équiper de camions frigorifiées juste pour le retour (à l'aller ce sont des camions à bestiaux.

    Tout ceci ferait exploser le prix de la viande.

    Mais heureusement, les Grecs sont moins cinglés que les Eurocrates.

    Ca se passe comme ça : Le boucher, qui est un peu voyant extralucide, prend les commandes et quand il y en a assez il informe ses clients que le WE un fermier va perdre par accident un chevreau ou un mouton et qu'ils pourront passer le lundi suivant.

    La maheureuse bête, sans doute affectée par la situation économique de la Grèce, se jetes sur un couteau ledit WE et passe de vie à trépas sans visiter le contient. Le WE les services vétérinaires sont fermé alors le fermier, à son grand dam, abandonne le couffin (après en avoir récupéré la peau qu'il peu espérer vendre) sur le bord de la route où, par coincidence, passe justement le boucher.

    Homme de grand coeur, le boucher organise aussitôt les funérailles de l'animal à ses frais.

    Bien souvent, le tavernier, lui même un âme sensible, se rend à la cérémonie et programme même du chevreau au citron comme plat du jour en souvenir du défunt animal.

    Etant un homme de coeur moi-même, je me rends sans faute à la taverne le soir même afin de commémorer la malheureuse bête avec un petit verre de blanc du cru.

    Ah... On est bien peu de chose, me dis-je en donnat aux chats qui quémandent au pied de la table quelques restes au pendant que le super-high-speed-ferry s'éloigne vers le soleil couchant au loin en polluant sans vergogne le ciel rougeoyant...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Enfin le boucher pourrait recevoir sa carcasse"

      Et encore. Il pourrait recevoir une carcasse dégueu à la place du bon mouton aux herbes. C'est la base, ne pas passer par un abattoir. Quand on sait ce qui s'y passe en plus. Des carcasses en putréfaction en tas à côté de la "bonne" viande, etc. Je ne sais pas si ça s'est arrangé depuis que j'avais eu des témoignages de gens bossant là-bas. J'en doute... Le souci, par ailleurs, c'est de pouvoir tuer les animaux soi-même. Bizarrement, ils ne sont pas d'accord. Et un mouton n'est pas une poule. Sans compter qu'il faut ne pas s'attacher. Moi, je n'y arrive pas, là où les gens voient des côtelettes, je vois un être vivant avant tout. Je ne dois pas avoir la bonne religion pour égorger facilement. ^^'

      Supprimer
    2. C'est cette inconséquence qui caractérise la boboïsme et la bourgeoisie en général (prise au sens des urbains , je ne suis pas marxiste) : Vouloir les effets sans en assumer les causes, ici deguster des côtelettes sans avoir à assumer l'abattage de la bête propriétaire desdites côtelettes.

      C'est aussi inconséquent que de se lamenter sur les effets dont on chérit les causes.

      Plus on est hors-sol, c'est à dire pur consommateur, moins on est conséquent.

      Je pêche mes poissons au harpon avant de les cuisiner. C'est plus cohérent que de manger son poisson findus carré devant la TV en s'offusquant des méthodes de pêche qui vident les océans ou du gavage des saumons norvégiens d'élevage aux pesticides.

      En plus je déguste des poissons qu'on ne trouve pas sur les étals.

      L'autre jour j'ai attrapé une murène. C'est délicieux. Par contre c'est chaud à rammener. Ca donne de sacrés coups de mâchoire.

      Supprimer
    3. Le congre aussi, ouigre !

      Des souvenirs émus de murènes se débattant dans le zod, encore vivantes, presque impossible à tuer.

      Les darnes poêlées dans un fond d'huile d'olive, délicieux, ou pour agrémenter la bouille.

      J'ai un penchant pour le chapon au four.

      Et les oursins, mangés sur la plage arrière du voilier au mouillage sous Porquerolles ?

      Et la daube de poulpe à la toulonnaise, servie sur un épaisse tranche de pain doublée d'une bonne couche d'aïoli ?

      Et les beignets d'anémone de mer ?

      Tous les "produits" de la mer sont bien plus bénéfiques pour l'humain que les animaux terrestres, y compris les algues.

      On va avoir bousillé les océans avoir d'en avoir découvert tous les trésors.

      Tof

      Supprimer
    4. On peut aller même encore plus loin. Quand on plante son blé, ses légumes et tout ce qu'il faut pour vivre. On comprend mieux la valeur des choses. Tuer un animal pour manger, ce n'est pas rien.

      Ce n'est pas manger des steaks d'asticots comme le voudrait la Greta. L'animal a été choyé, a eu sa place dans la ferme avant d'être tué. On sait que ce n'est pas rien surtout si on fait le geste. Et à partir de là, on ne fait pas d'orgie de barbaque comme si la viande venait de nulle-part.

      Comme dans une basse-cour. On prélève parcimonieusement parmi des animaux qui ont une existence (toutes proportions gardées). Il y a une continuité.

      C'est à cent lieues des élevages bio ou pas et de la grosse bouffe en mode supermarchés.

      Ce qui bouffe cette société française, c'est d'avoir oublié son lien avec la nature et la place de l'humain dedans.

      Mais vous comprenez, ce qui permet d'avoir un toit et de quoi manger chaque jour, c'est ce que je vois au quotidien. Les agriculteurs qui courent pour gagner que pouic pour nourrir les villes sous les crachats.

      Viendez à la campagne faire le travail. Ça vous fera les muscles. :)

      Supprimer
  14. Encore un 'témoignage' cité sans source, sans preuve... Les gens sont supposés avaler cet 'extrait de conversation' et de an tirer des conclusions qui, tant qu'à faire, vont raisonner sur l'ensemble des mangeurs ou non mangeurs de viande. On nous prend vraiment pour des débiles. Et à voir la façon dont certains s'emportent dans lesquels réactions... 'on' a certainement raison.
    Triste monde..

    RépondreSupprimer
  15. Votre commentaire sur le Qi s'applique totalement à vous... Pour la suite les débiles mentaux vous saluent bien, renseignez vous sur ce terme... Mais surtout par pitié ne vous reproduisez pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si vous vous décidez de manière active à sortir de votre marasme, vous pourrez facilement par les études augmenter votre QI de l'ordre de 10 ou 15 points. Cela vous permettrez de rejoindre la moyenne africaine et de comprendre ainsi ce qu'a dit Wendy dans son billet.

      Autrement dit. Vous n'êtes pas très futé. Vous êtes très certainement végétarien voire pire végan. :)

      hihi

      Supprimer
  16. Je pense qu à cette âge, c est dangereux. On est homnivore de génération en génération depuis 2 millions d année. Le veganisme existe depuis quelques decenie, depuis que l on maîtrise la synthèse de la vitamine B12. Il faut savoir que il ne existe AUCUN animal herbivore avec le même système digestif que le nôtre. Si vous avez des doutes, allez faire un tour en urgence pédiatrique discuter de cas de mal nutrition chez de jeunes enfants. Et ensuite, taper sur Google pourquoi j' ai arrêté d être vegane. On peut choisir ce que l on mange, mais pas son métabolisme.

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.