mardi 17 septembre 2019

Boule de Cristal et premières pluies.

https://www.francetvinfo.fr/meteo/secheresse/secheresse-la-situation-est-grave-selon-l-hydrologue-emma-haziza-elle-a-depasse-le-stade-du-scenario-de-science-fiction_3618777.html

https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/secheresse-l-indre-a-baisse-de-60-cm-en-48-heures-des-degats-irreversibles


En Indre :

....« jamais vu ça, et ce qui se passe aujourd’hui n’est pas référencé historiquement. Là, on ne sait pas où on va… » ....

malheureusement. « C’est la nappe alluviale qui a lâché. C’est elle qui permettait jusqu’ici à l’Indre de résister, un peu, à la sécheresse et à la hausse des températures. Mais là, aujourd’hui, elle ne peut plus assurer sa mission… » 

Et le résultat est dramatique : la rivière a perdu 60 centimètres en deux jours, et le lac de Belle-Isle pourrait disparaître.

—— nous étions en stress hydrique dès la fin du printemps dans de multiples régions. Dès juillet de larges zones du territoire étaient classées en pénurie /restriction d’eau.

La terre est sèche et forme une croûte.

Aux premières grosses pluies, l’eau va simplement ruisseler sans pénétrer, laissée en surface  par la dureté des sols. Il n’y aura pas de boue pour assimiler mais des formations de torrents.

Quand on ajoute le problème des zones construites et bétonnées qui bloquent le parcours naturel des eaux on se retrouve avec des quartiers inondés.

On peut aussi ajouter au tableau de violents orages qui succèdent toujours aux fortes chaleurs.

 Il est donc à prévoir des paysages envahis par des eaux incapables de rentrer dans leur lit.

Un genre de mousson, comme en Espagne pays précédemment occidental et tempéré.




(France agricole).


Voies fluviales interdites à la navigation faute de profondeur.