samedi 31 août 2019

Sarov et son nuage radioactif, suivi de dossier.

Suite d'hier...,

Lire sur l'AIPRI.

De nouveaux détails ont été révélés sur l'explosion qui avait impliqué un centre de recherche nucléaire le 8 août, causant la mort de certains techniciens et scientifiques et élevant le niveau de radiation : la cause en était la tentative de récupération d'un missile.

Une mission de récupération compliquée a mal tourné et non un test : c’est la dernière révélation de l’incident survenu à la base russe de Nenoksa, dans la région d’Archange. Détails diffusés par la chaîne américaine CNBC qui cite des cercles de renseignements américains.

 Une opération visant à "sauver" un nouveau modèle de missile de croisière, le Burevestnik, égaré lors d'un précédent test. 

Une arme importante et stratégique sur laquelle le Kremlin a beaucoup investi mais qui aurait rencontré des problèmes de développement. 

Ainsi, trois navires ont été mobilisés, dont un capable de manipuler des matières nucléaires, le propulseur de la bombe étant composé d’une sorte de mini-réacteur. 

Selon la CNBC, toutefois, l'intervention se serait transformée - pour des raisons évidentes - en catastrophe : une explosion s'est produite sur l'une des unités et a ensuite touché des parties du missile. Avec de graves conséquences. Une demi-douzaine de techniciens et de scientifiques sont morts. Selon la presse russe, deux d'entre eux sont morts des suites de contaminations.

....les explications sur l'étrange silence des chaînes russes chargées de surveiller l'atmosphère paraissaient peu convaincantes.


Les gars sont des magiciens ! Ils fabriquent des bidules qu'ils ne maîtrisent pas... Je les visualise très bien en prière : "Seigneur, faites que tout se passe bien"...

Mickey dans Fantasia. L'Apprenti Sorcier. Un peu comme ceux qui ont voulu le danger permanent en France... 56 réacteurs, vieillissants, une maintenance laissée aux sous-traitants...

De mon point de vue, c'est une guerre larvée mais active qui se joue loin de tout contrôle.





L'industrie russe de la défense a commencé à mettre au point un missile de croisière à propulsion nucléaire de type intercontinental, capable de pénétrer dans tout système de défense antimissile à base d’intercepteurs On dit qu'il a une portée illimitée et la capacité d'esquiver les défenses antimissiles. 
Une étape majeure des essais du missile de croisière du complexe de Burevestnik, les essais de la centrale nucléaire, a été achevée avec succès en janvier 2019.
Le projet "frère" de Burevestnik, le sous-marin nucléaire torpille / drone Poséidon, est également construit autour d'une unité de propulsion nucléaire miniature. Davantage d'infos, ici. Source.

La coupe est pleine !