samedi 13 juillet 2019

Nucléaire : des tonnes d'uranium enrichi en fuite sous-marine.

Des chercheurs norvégiens pensent avoir détecté une fuite radioactive provenant du « K-278 Komsomolets », qui gît au fond des mers depuis 30 ans, raconte la BBC.



(source image et plus)

(une fuite radioactive près de l'épave d'un sous-marin nucléaire russe qui avait coulé dans les profondeurs de la mer de Norvège en 1989, révèle la BBC.)

Les analyses effectuées par un robot contrôlé à distance ont mis en évidence la présence de radiations 800 000 fois supérieures à la normale.  

C'est la première fois que la Norvège utilise ce type de robot pour tenter d'obtenir des résultats plus précis. L'épave gît aujourd'hui à 1 600 mètres de profondeur, (elle contient une tonne et demi d'uranium enrichi !!!!!!!!)
Ce sous-marin faisait partie du projet 685 Plavnik destiné à étudier les effets des profondeurs marines sur la technologie russe.

Il y a 30 ans, le K-278 Komsomolets coulait après qu'un incendie s'était déclaré à bord. 



Quarante-deux membres d'équipage sur les soixante-neuf présents à l'intérieur ont perdu la vie. Ils sont morts après avoir inhalé des fumées toxiques et en se noyant dans les eaux glacées de l'Arctique. L'engin transportait à son bord des réacteurs nucléaires et deux torpilles avec des ogives de plutonium. Durant leur mission, les chercheurs norvégiens ont détecté des radiations anormales. Elles pourraient provenir d'une fuite.

Entre 1991 et 1993, une concentration élevée de césium 137 avait été découverte, mais aucune fuite n'avait été constatée.  

La Norvège est très préoccupée par l'effet dévastateur que pourraient avoir des radiations sur la faune et sur le marché de la pêche. 

La fuite radioactive proviendrait d'un tuyau situé à côté d'un des réacteurs. 

Cette nouvelle intervient une semaine après l'accident d'un sous-marin russe top secret où 14 marins sont morts après un incendie



La communauté internationale soupçonne la Russie d'avoir conçu cet engin pour collecter des informations, manipuler des câbles et des pipelines sous-marins ou détruire des matrices de sonar défensives.

------------- Il y a une vidéo inédite sur la source. En 2012, les allemands s'inquiétaient déjà :


Je préfère ne rien savoir. Imaginons ce qu'ingèrent les mangeurs de homards ...


Documentaire de 2014. 

Oublions le cabillaud !!!! Mutons ou mourrons. 

14 réacteurs nucléaires "oubliés" dans la mer...Pour ce que nous en savons...
Et c'est mieux de ne rien savoir.