lundi 8 juillet 2019

Mayotte : volcan actif et phénomène inconnu.




Volcan à Mayotte : « Ce phénomène ne ressemble à rien de connu »

Responsable du programme scientifique chargé d’expliquer l’activité sismique sans précédent observée à Mayotte, Eric Humler évoque une situation inédite pour les scientifiques français. Source
inédit d’abord en raison de l’activité sismique et volcanologique qui s’était manifestée jusqu’à présent sur cette zone. C’est-à-dire quasiment aucune. Le dernier tremblement de terre enregistré sur le département remonte à 1993, et il était de faible intensité. On n’y connaissait pas non plus de volcan actif. Les traces d’activités volcaniques les plus récentes connues sur l’archipel remontent à 6 000 ans !
Si, comme nous le pensons, elle est vraiment de type basaltique, l’éruption en cours est aussi hors norme par son ampleur.
Par ailleurs, ce phénomène ne peut être relié à aucune forme de volcanisme connu. Le fait que l’on note un alignement entre le volcan actif, les petits volcans éteints, es essaims de séisme et les émanations de gaz de l’île de Petite-Terre constitue certainement un indice. Mais, il nous faudra beaucoup travailler avant d’être en mesure de fournir une explication.
Enfin, et pour terminer, c’est sans doute la première fois que l’on assiste en direct à l’apparition d’un volcan sous-marin. On a vu son cône se mettre en place. Puis comment il a évolué vers une éruption de type « coulée de lave ». 
« L’une des deux plus importantes éruptions de type basaltique de ces cinq cents dernières années ! » 
Par 3 500 mètres de fond, Occupant une surface de 8,71 km2 et atteignant par endroits 75 mètres d’épaisseur, ce vaste épanchement représente un volume de 0,2 km3, suffisant pour recouvrir une ville de la taille de Paris d’une couche de 2 mètres de roches en fusion. Il ne figurait pas sur les relevés qui avaient été effectués quatre semaines auparavant, précise Stephan Jorry, chercheur à l’Ifremer et responsable de la mission : « Cela implique qu’il soit apparu entre-temps, et cela donne une idée de l’ampleur du phénomène volcanique, qui focalise aujourd’hui l’attention des chercheurs. » Source
...la constatation, après examen des données des stations GPS de l’IGN, d’un déplacement significatif de l’ensemble de l’archipel vers l’est (qui, en un an, a migré de 10 cm et s’est affaissé de 13 cm)...



2 commentaires:

  1. Pas de problème. Si jamais tout pète, on les fera tous venir pour finir d'enrichir Marseille !

    RépondreSupprimer
  2. non , en 2018 on en était à plus de 700 secousses sismiques, plus de 20 au delà d'une magnitude de 4 et un beau 5,9. demande à google…………..

    RépondreSupprimer

Sans Modération.

------------

Respecter les autres est la base de l'échange.

Il faut beaucoup d'efforts pour construire et peu de bêtise pour détruire.

Ni insulte, ni incivilité, ni appel à la haine raciale ne seront acceptés. Je supprimerai les commentaires en comportant.