mardi 23 juillet 2019

Greta : I want you to panic.

L'idéologie de mode adolescente au service du politique. Source



A l'heure actuelle être à peine sorti de l'enfance est une force sociale et donne une légitimité à quelque discours que ce soit.

Le fait de n'avoir rien étudié aussi. Ceci rejoint l'Idiocraty et l'engouement pour chatons. 

« En même temps » le pouvoir sur l’alimentation mondiale est donné à la Chine dont on sait à quel point cette dernière est sensible à la qualité de l’environnement. Source  

Les chatons comme les chiens domestiqués représentent un marché porteur pour les vendeurs de croquettes et autres litières. La consommation induite par les chien-chiens est un poids sur la biodiversité, son empreinte carbone est immense mais....schuttt. 

Parce que c'est "mignon" ? Je ne vois pas ce qu'il y a de si "mignon" à enfermer Toutou toute la journée ou laisser Minou dans la cuisine dès 8h le matin. Toutou et Minou ont été émasculés et/ou stérilisés. Ils ont du apprécier puisque c'est pour leur "bien".

Du moment qu'il y a "bien" dans une phrase, je fuis.

Qui décide du bien ou du mal ? Mystère. Un beau matin on apprend qu'après avoir vendu les cigarettes électroniques à tours de bras, la ville de San-Francisco les interdit dans les rues.

On se remet au tabac ? On demande le remboursement ? Sait-on enfin aujourd'hui ce que nous vapotions depuis 10 ans ? Non, on ne sait pas. Pas grave ! Le "bien" est devenu le "mal" pour ton bien.

Il y a des gens qui "savent" le bien et le mal. C'est rassurant, suivons-les aveuglement.

Greta, elle est mignonne et elle sait le bien et le mal. Parce qu'elle est toute jeune et que derrière elle, des millions d'enfants "purs" l'adulent.

Greta c'est la pureté du chaton qui ne sait pas encore ce qui va lui arriver.

Les enfants "purs" inondent nos écrans. Les ados sont les rois sur Netflix, ils font les box-office, "Avengers" et "Wakanda".

Des guerriers du "bien". Personnellement je regarde les films pour enfants-ados, parce que j'aime les contes, la SF, les films d'horreur et d'anticipation.

Je suis tenue en 2019 de m'identifier à des héros qui ont l'âge d'être mes enfants pendant qu'eux-mêmes ne s'identifient plus aux vieux héros.

En clair, pour eux il n'y a plus rien à prendre de la génération précédente qui les a menés dans le mur. Du passé, ils font table rase. Pourquoi pas ? Ceci ne me dérange pas individuellement.

Ensuite, toujours cette même vieille notion "d'échelle". Individuellement, nous pouvons tous nous identifier à Mowgli, mais quand on demande aux deux générations précédentes dans leur ensemble de s'identifier à un X-Man ça devient plus difficile.

Greta-mimi, c'est aussi le reniement de la transmission inter générationnelle. C'est le saute-mouton temporel, l'effacement de l'éducation des "enfants" par les "parents".

C'est fifille qui donne le la, pas ses géniteurs. Gretachounette "sait mieux".

Or, à son âge, même si son cerveau est alerte et ses neurones vigoureux les apprentissages sont loin d'être terminés. Enfin, en théorie, parce qu'en pratique Gretachounette est une star à connotation "scientifique". 

Tu as raison Greta, je panique un peu. 




D'où parles-tu ? Quelle est ta légitimité ? Ta starification suffit-elle pour attirer vers toi tous ces jeunes gens ? Ou sont-ce des vieux, au final qui t'ont mis tout ça dans la tête ? Tu n'auras pas d'enfant pour sauver le climat ? 

Que penses-tu du choix de tes parents de se reproduire ?

Toujours est-il que toi aussi tu génères ton empreinte carbone et elle est lourde, bien plus lourde que celle des vieux paysans ! Un détail.

Greta, la joueuse de flute. 

Focaliser sur le climat sur lequel, il faut être honnête, les leviers d'actions sont extrêmement réduits, plutôt que de lutter contre l'empoisonnement de la planète ?

C'est un peu plus difficile, certes, mais à terme plus productif.

Il faudrait "stigmatiser" quelques nations et ça, c'est mal;  investir dans l'épuration des eaux usées et donc souvent appliquer le principe d'ingérence et ça, c'est encore plus mal; dépenser des milliards de $ pour fermer les centrales nucléaires sans l'accord du complexe militaro-industriel, et ça, c'est mal aussi (pour toi surtout, les autres se tairaient, pas fous !); trouver des engrais non létaux pour nourrir 8 milliards d'humains, pas bien non plus car les tenants du complexe pétro-chimique t'enverrait ses milices y compris les fiscales à tes parents...

Bref, un enfer en perspective.

Donc, tes camarades et toi-même vous restez accrochés au concept du climat.

Pour "sauver" (bien) le climat, tu comptes faire quoi, exactement ? Ben...rien ! (mal) à part spolier les pauvres gens. Les 8 milliards d'humains et même les plus déshérités détiennent, y compris sans le savoir, quelque chose qu'ils devront remettre sur l'autel de la salvation climatique.

Tu es une Pythie, une Cassandre ! Si tu es encore vierge (ce dont je doute car à ton âge tes héros télévisuels ne le sont plus depuis longtemps) un avenir de Vestale s'ouvre sous tes pieds.

Le climat conceptuel c'est l'outil qu'ont choisi les vieux pour mettre toutes les poussières sous le tapis. Surtout celles d'UA qui ne manquent pas de se diffuser dans les tornades dans les quelles volètent les molécules chimiques utiles à la pousse des haricots.

Le climat, c'est comme le quantique, du concept à l’expérimentation validante, il manque des marches. 

Le Climat t'échappera donc toujours. Il est plus facile de gloser quantique dans les salons que d'apprendre les lois de la thermodynamique.

Mais, tu ne peux pas le savoir puisque sans avoir fait d'études, tu sais déjà tout.

_______

"Jeune fille lisant" de Lord Frederick Leighton
Quand j'étais enfant, j'apprenais de mes ancêtres qui m'élevaient, comme on disait.

On ne dit plus "élever" les enfants. Maintenant on doit les "aimer".  Dans "élever" il y avait une notion de passage initiatique, une notion spirituelle, la notion aussi qu'il fallait être "bien élevée" afin de prendre sa place dans la grande ronde de la vie.

Mes ancêtres m'ont appris des choses triviales, raccommoder, greffer un prunier, broder, repasser, tirer au fusil, cuisiner, danser mais aussi à me taire et à écouter.

On n'apprend rien dans la cacophonie qu'elle soit intérieure, médiatique, extérieure.

Ceci m'est resté. Être "élevée" signifie frustrations, savoir mettre en place des techniques d'évitements, remettre à plus tard ses envies d'aller faire un tour à vélo, différer ses désirs et accepter les jugements parfois négatifs. 

Quand mes ancêtres m'élevaient leur jugement négatif résonnait comme une punition.

L'amour était constitutif de cette longue et lente élévation vers l'âge adulte. C'était un respect du aux enfants loin de l'indifférence. Je m'en remettais à ma grand-mère et à mon arrière grand-mère comme elles ont pu s'en remettre à moi plus tard.

C'était une chaine qui nous liait sans contrainte. C'était "bien".

Les gamins ne sont plus élevés, ils sont nourris. Ils sont seuls devant leurs écrans, dans l'illusion des RS, dans l’immédiateté.

Ils vont dans des "safe-zones" tellement ils ont besoin de la sécurité qu'ils ne trouvent pas chez leurs parents. Parents occupés à leur développement personnel "parce qu'ils y ont droit".

Nous n'avons aucun droit immanent, tout ce qu'on peut faire c'est faire "au mieux" dans le jardin du bien et du mal. 

Si Greta était élevée elle poursuivrait ses études. Singe savant égaré. Elle doit se sentir bien seule.

Les adultes ne tiennent plus leur rôle, pas étonnant que les gamins fassent la loi. 

Au sens strict, l'intervention de Greta pèsera sur le projet de loi de finances voté à l'AN.

Je te reverrai bientôt, Greta, sur ma feuille d’impôts.