lundi 24 juin 2019

La Loi Immobilité.

Un amendement, adopté dans le cadre de la loi Mobilité, relance le débat sur la privatisation des routes nationales. Une évolution causée par le désengagement progressif de l'Etat, qui laisse la voie libre aux intérêts privés.

....les prémisses d’une privatisation en bonne et due forme du réseau de routes nationales.

Selon un article de Marianne, il ne s’agirait pas d’une privatisation stricto sensu, puisque les sociétés d’autoroute prendraient à leur charge l’entretien des tronçons de routes nationales et obtiendraient, en échange, une hausse des tarifs des péages routiers. Ce qui reviendrait donc à faire payer l’entretien des routes nationales par les usagers des autoroutes. 

Rappelons qu’Eiffage et Vinci sont non seulement des exploitants d’autoroute mais aussi, et peut-être surtout, des entreprises du BTP. 

Comme l'explique Marianne, près de la moitié des contrats passés par les sociétés concessionnaires d’Eiffage, le sont avec des filiales d’Eiffage. Un chiffre qui monte à près de 80%* quand on se tourne vers Vinci. 

source 1

source 2


....On attaque l'été, quelles lois, quels décrets, quels amendements vont-ils voter (à 5 présents dans l'hémicycle)....?

Moins de tout et plus de rien.