mardi 18 juin 2019

Homo Numericus.


 Commentaires ci-dessous de Géocédille, trouvés ici.

En lisant ces commentaires, j'avais eu une furieuse envie de prendre du recul... Pendant quelques jours de sevrage numérique, j'ai été tour à tour déprimée par l'état du monde, du vivant, par mes congénères, puis enragée... 


En prenant du recul j'ai aperçu la propagande mondiale dans laquelle nous baignons, le management par la terreur, le management par l'ignorance, par la flatterie, par la division.

Mais les sous-jacents sont têtus.

Beaucoup de gens vivent mal, ne se retrouvent plus dans aucun discours, ils sont perdus dans le "pompompidou" de l'immédiateté, sur la toile où le monde devient illisible car il est morcelé, façon puzzle. Le Monde sur la toile devient un mikado qui t'entraine vers des voies sans issue.

C'est un casino. Tu peux jouer mais à la fin tu perds. Tu te perds. Parce qu'"Internet guide tes pas". Tu surfes... porté par la vague... Rien n'échappe au système, rien. C'est sa force historique.

En sous-jacent il y a de la violence sociale qui ne peut pas s'exprimer. Résultat ? les salariés sous-payés ne font que le strict minimum. Comme en URSS avant son effondrement.

En sous-jacent il y a le manque de terres arables saines, de fleuves non empoisonnés, de mort du vivant. Et ça, je pense que tout le monde en a (in)conscience.  8 milliards d'humains sur un brin d'herbe empoisonné.

J'ai pensé aux GJ. Ce mouvement né des algorithmes de FB, sera détruit par les algorithmes.

Coup de Maître ! Créer un mouvement pour l'agiter, puis le discréditer et ôter à ses membres l'idée même de dignité qu'ils croyaient pouvoir acquérir. Un mouvement complété par le message subliminal suivant "révoltez-vous et vous mourez !". Top propagande, top management de la masse.

Quand les français ont vécu leur exode rural au XX° siècle, ils ont perdu à tout jamais la terre de leurs ancêtres. La SAFER, organe d'état opaque s'il en est, ne te permettra pas d'acheter de la terre agricole (y compris 8/10 hectares) avec une ruine dessus pour moins de 250.000 euros (Je dois être sous les tarifs réels et je passe tous les pré-requis exigés).



Alors... le retour à la terre sans terre, c'est comment ? 




En sous-jacent il y a la violence. "gratuite" ou pas. 1 source.
Il n'y a jamais de "violence gratuite". La violence est une réponse. Parfois très bien adaptée.
Quand elle est dite "gratuite" c'est qu'on se trompe de cible.

Internet joue son rôle de modérateur ou de passionaria. Virulent et violent en ce qui concerne la défense des LGBT/Genrés, modérateur quant il s'agit de dénoncer les dérives de l'armement nucléaire. 

Chacun de nous a conscience que défendre les LGBT est plus urgent que de se pencher sur l'état de nos centrales atomiques.


En sous-jacent d'internet :

La croissance de la consommation énergétique du numérique est dans une situation de grave divergence par rapport aux engagements de la COP21. Ce sont les usages des particuliers, surtout vidéo, qui en sont la cause principale. ⁦‪Netflix et Youtube c'est 30% de la bande passante mondiale !
La consommation énergétique du Numérique augmente de 9%/an. Autour de 2025, le numérique représentera 10% des émissions de GES mondiales, soit davantage que le secteur automobile.

Google planche sur un maillage de satellites en basse altitude pour que la toile puisse couvrir la planète entière de manière égale et égalitaire. Google veut se débarrasser des câbles sous-marins.

In-put, out-put, d'un click celui qui écrit les algorithmes pourra nous assommer d'informations standardisées et orientées.

Envoyer des signaux numériques à un maillage de satellites c'est autrement plus facile à gérer que de couper un câble dans les profondeurs océaniques.

(HLM années 50/60).

Je reste dubitative quant à la viabilité énergétique du projet mais internet en devenant porteur de propagande et maintenant outil de gouvernance est essentiel pour les pouvoirs en place.

Qui, de nos jours n'a pas son portable sous le nez ou sa tablette ou son ordinateur ? Tout est dématérialisé.

Même la vie ? Même le tangible ? Via la spoliation en cours, certainement, peu à peu ...



Les affects sont sur internet, nos vies se diluent dans l'illusion. "Tout se vaut".

(illusion de la ville de demain vendue sur le net).

Non, non, tout ne se vaut pas, nous ne sommes pas tous frères. Relier les hommes par Netflix ce n'est pas recréer le paradis terrestre.

C'est la dictature du bien-penser, la reconnaissance faciale qui nous surveille, la note de crédit qui nous définit. (sur le NYT, on apprend que partager une vidéo sur les RS est un acte lourd. Donc, Internet c'est identique à the RealLife).

Aucune égalité, zéro fraternité, liberté oubliée.

Que faire ? Lire ? se regarder bien en face ? Faire ce que l'on appelait autrefois "un examen de conscience" ?

La dictature qui se dessine, la mort qui fauche le vivant, nous ne les acceptons pas, nous les appelons de nos vœux, nous les désirons désirons.

La servitude volontaire. Nous vivons dans un miroir.

Personnellement, l'image qu'on me renvoie de moi ne me convient pas. 

Mais abandonner son libre arbitre est tellement reposant.


--------------------


Commentaire de Géocédille :

Marrant cette persistance de la féodalité occidentale.

Les grand-bourgeois n'ont pas besoin de dominer les classes inférieures à partir du moment où ces classes inférieures se coulent d'elles-mêmes dans un modère de soumission total:

- Limitation économique par le salariat
- Limitation des naissances par la contraception et l'avortement
- Limitation politique par l'élection
- Limitation éducative par la vulgarité

Personne ne force les pauvres à se salarier, à avorter, à voter pour des pantins, à regarder Announa.

Bref la violence de classe, les pauvres se l'imposent eux-mêmes. Par courte-vue.

Chacun est libre de s'émanciper. Ceux qui le font sont rarissimes.

Les gilets jaunes, pour qui j'ai une grande sympathie, ne cherchent pas tant à s'émanciper qu'à conserver leur statut de sous-fifres dans la société. Statut menacé par le chômage, l'uberisation et l'inflation.

Évidemment il y a quelques cas, comme Chouard, qui ont été éduqués assez pour comprendre que la démocratie représentative est à la démocratie ce que la musique militaire est à la musique.

Mais la grande masse des gens ne veux qu'une chose : rester salarié.

Le salariat c'est la servitude, sans les soucis de l'entretien du serviteur par le maître. L'esclavage n'a jamais été abolit. Il a été renommé. De même que la vassalité n'a jamais été abolie. Juste remplacée par l'asservissement des nations par la dette.

Effectivement si la plèbe savait à quel point... mais cherche-t-elle vraiment à savoir ?

La plèbe se contente de pain et de jeux depuis l'antiquité.

La République a tenté de l'émanciper avec l'éducation nationale. C'est fini. Et c'est fini parce que réfléchir l'ennuie au plus haut point. Parler correctement, se contraindre à une rigueur logique, étudier l'Histoire, la philosophie, les sciences, ça n'intéresse qu'une infime minorité.

Par contre pour surconsommer inutilement, il y a foule.

Marx a expliqué que la possession des moyens de production est la clef du pouvoir économique.

Qui cherche à acquérir des moyens de production plutôt que des biens de consommation ? Pas grand monde.

La faute à ceux qui le font, ou à ceux qui n'essayent même pas ?

Vous me direz, "oui, mais moi j'ai pas le Kapital!"

Mouais. Kamarade, tu fais partie des 0,1% de l'humanité la plus riche de tous les temps. T'as de quoi te payer le dernier Iphone. Mais, par contre, tu n'investiras pas un centime sur des moyens de production.

Même les moyens de production domestiques d'antan, que tout le monde possédait, sont passés de mode.

Qui a encore une machine à coudre ? Une bêche ? Du matériel de plomberie ? Une scie ? 


Aux USA on construit désormais des appartements sans cuisine.


Dans ma famille, on produisait son propre beurre jusqu'à la génération de ma mère. 

Mon oncle et ma tante avaient des chèvres et des moutons pour leur consommation propre. Ma tante trayait les chèvres et battait le beurre elle-même. 
Il y avait une vigne sur leur pergola (elle existe toujours) et un potager. Mon oncle tenait aussi le commerce principal du village.
 
Aujourd'hui le village est dans une réserve naturelle. On ne peut plus pêcher la truite. Les champs sont préemptés par l’État grec par le biais de la création du cadastre. Pas de titre de propriété ? Slurp!
Le rafting et les balades à dos de cheval ont remplacé la vie rurale.

Le tourisme est l'activité principale du village qui est devenu nickel. Toutes les maisons ont été remise au look "traditionnel" par un programme de l'UE. Il n'y a plus une crotte de bique sur les routes pavée "traditionnelles" flambant neuves.