vendredi 24 mai 2019

Bientôt le regret de l’isoloir...

...Voire de l’isolement....



Le Parlement européen a donné son feu vert à la création d’un gigantesque fichier qui centralisera des données incluant des informations biométriques - empreintes digitales et images faciales - des citoyens européens et non-européens.

« Les systèmes couverts par les nouvelles règles comprendraient le système d'information Schengen, Eurodac (registre des demandeurs d’asile), le système d'information sur les visas (VIS) et trois nouveaux systèmes : le système européen de casiers judiciaires des ressortissants de pays tiers (ECRIS-TCN), le système d'entrée/sortie (EES) et le système européen d’information et d’autorisation des voyages (ETIAS) », lit-on sur le site du Parlement. Traduction : six registres, dont les trois derniers concernent des citoyens non membres de l’UE, sont unifiés en une seule base de données géante, comprenant en partie des données biométriques (empreintes digitales et images faciales). Ce projet porte le nom de Common Identity Repository ou CIR. 

La base de données...deviendra la troisième plus grande base de données 
de suivi au monde, derrière le fichier chinois et celui de l'Inde, nommé Aadhaar. 
Cet immense programme qui attribue depuis 2009 un numéro d’identité 
unique de 12 chiffres à la quasi-totalité de la population indienne, en y associant 
les données de leurs empreintes digitales ou de l’iris, et permettant d'avoir accès 
aux services publics mais aussi privés, est régulièrement 
critiqué pour son faible niveau de sécurité et sa potentialité de surveillance.
Rappelons qu’en France le méga-fichier TES, débattu en 2016, a été validé 
par le conseil d’Etat le 18 octobre 2018, et regroupe nom, prénom, 
adresse mail, filiation, photo et empreintes digitales des citoyens. Source et plus.