dimanche 7 avril 2019

Serment d’H. de Cos.





Les parents d'enfants autistes paient des dizaines de milliers de dollars pour des thérapies à base de cellules souches qui utilisent souvent des déchets médicaux. Malgré les dangers, les régulateurs tardent à agir.

Un chirurgien pédiatrique Thom Lobe s'est présenté aux parents en détresse en proposant  Regenevéda , sa chaîne de cliniques de «médecine régénérative» à Beverly Hills, New York et Chicago.

Ses cliniques sont axées sur le traitement du bien-être et le traitement anti-âge, mais proposent également une thérapie par cellules souches aux enfants autistes. (?).

La méthode de Lobe pulvérise les cellules du donneur dans le nez ou les injecte dans le sang. (quatre fois par an, au prix de 8 500 $ par visite).

En date de mai 2017, au moins 432 entreprises exploitaient 716 cliniques de cellules souches aux États-Unis, commercialisaient des traitements directement auprès des consommateurs via Internet.

Un groupe Facebook (tiens donc !?!) appelé «Stem Cells for Autism 2.0», a attiré 3 600 membres depuis son lancement en mars 2018. «Le consensus parmi les parents est qu'il est plus effrayant de ne rien faire».

Malgré la popularité de l'approche, la FDA a été lente à agir. L'agence a averti les consommateurs en novembre 2017 que les traitements pourraient être " illégaux et potentiellement nocifs " et a annoncé son intention de resserrer ses règles en 2020. (Ne nous pressons pas, surtout quand c’est dangereux mais lucratif !).

Source