lundi 18 mars 2019

La 5G : la Lloyds refuse de couvrir les risques santé.








Merci à Tof qui a offert le lien en commentaire !

Les autres compagnies d’assurances suivent la Lloyds, bien évidemment.

Tous les organismes de réglementation gouvernementaux, en collaboration avec les grandes industries des télécommunications, poussent férocement aux compteurs intelligents, à la 5G et à l’Internet des objets.

Toutes ces « avancées technologiques » des géants des télécommunications sont, pour eux, une manne financière.

Et, via leurs groupes de pression, cela est considéré comme une aubaine pour tous les politiciens qui soutiennent ces programmes.

Les politiciens seront récompensés de la manière habituelle : séjours onéreux dans des lieux exotiques, dîners élégants, contributions à la campagne et, bien sûr, emplois «en parachute doré» pour les ex-politiciens des industries des télécommunications ou les groupes de pression qui soutiennent la 5G- Wi-Fi. En bref, les affaires de copinage as usual.

Alors, pourquoi Lloyds laisse-t-il tout cet argent supplémentaire de côté ?

Le rapport de l'équipe d'évaluation des risques de novembre 2010 de la Lloyd donne un indice :  le rapport compare ces technologies sans fil à l'amiante , dans la mesure où les premières recherches sur l'amiante étaient «peu concluantes» et que ce n'est que plus tard qu'il est devenu évident que l'amiante causait le cancer .
....l'étude d'évaluation des risques de la Lloyd's concernant le Wi-Fi a été publiée il y a plus de 8 ans. Même à l'époque, leur équipe d'évaluation des risques était suffisamment intelligente pour se rendre compte que de nouvelles preuves pourraient émerger, montrant que les différentes fréquences Wi-Fi causent des maladies. Le résultat ? Lloyds a choisi d'exclure la couverture pour les maladies liées au wi-fi.
Aujourd'hui, BEAUCOUP d'études scientifiques plus récentes démontrent toute une gamme de dommages causés par ces fréquences Wi-Fi.  La 5G se sont des dommages à l'ADN, aux mitochondries cellulaires et bien plus encore.
Ce rapport a été créé par 29 auteurs du monde entier, dont 10 titulaires de diplômes de médecine, 21 doctorats et 3 diplômes de maîtrise. Plus de 100 000 personnes visitent leur site chaque année (http://www.bioinitiative.org)
La Lloyds rejette la responsabilité sur les chercheurs. Dans leur renonciation à l'assurance, ils indiquent clairement qu'il est de la responsabilité des scientifiques d'informer les parents et les enseignants en cas d'installation du WiFi dans leurs écoles.