jeudi 7 février 2019

"Ce n'est plus notre monde".

Voici la phrase tueuse d'une amie qui répondait à mes vociférations quant à l'état de l'Avenue de la Grande Armée.

Cette avenue parisienne part de la Porte Maillot pour rejoindre l'Arc de Triomphe. 

Porte Maillot on ne passe plus. Le palais de congrès reste masqué par les travaux d'ouverture d'une prochaine sortie SNCF en surface.

Puis l'ave de la Grande Armée est éventrée sur 6 mètre de large sur toute sa longueur. 

Pourquoi ?  Vétusté des conduites de gaz d'origine....Comme dans tout Paris. Laissez vous pénétrer par l'idée...

Paris est un chantier à ciel ouvert, on ne fait pas 500 mètres sans tomber sur des travaux. 

Dans le XVI°, on construit du neuf, laid. Je m'agace : "pourquoi construire du moche quand on peut construire du beau ?"....Réponse de mon amie en titre... Elle a raison.

Nous les derniers enfants du pétrole, ce monde ne nous appartient plus. 

Les GJ sont, comme nous, les enfants de la fin du pétrole. Du reste la baisse du prix de l'essence fut leur première revendication. 

Derrière le prix du Gazoil, un monde mutant, hors de notre contrôle. 

(21% pro M, pas davantage, voir source).


Un monde incompréhensible dans le quotidien. Le Vénézuela pour tous.

Chavez et son "tout est gratuit" quand il s'appuyait sur la vente de son "Oil", sans penser à développer une autre source de revenus. Contrairement à la Norvège qui encore aujourd'hui est capable de "sécuriser" (jusqu'à quand ?) ses fonds de pensions, patiemment abondés.




Alors, oui bien sur, la CIA a fait le nécessaire pour empêcher tout développement et pérennisation des richesses vénézuéliennes, mais en cela bien aidée par les chefs d'états sud américains successifs. J'irais même jusqu'à subodorer quelques "arrangements entre amis" et de vastes réseaux de corruption, qui au final donneront le pétrole vénézuélien aux USA, comme prévu.

Mais j'ai mauvais esprit. 

source image.

Chavez pouvait-il ignorer le peak de son pays qui a eu lieu en 1970 ? L'EROI ? 
Sérieusement ?

Le monde entier devient le Vénézuela. Walmart a fermé tant de "Malls" en 2016 pour faire face "soit disant" à Amazon. Résultat ? Amazon plafonne. Quand il n'y a plus de $, il n'y en plus.



Le monde entier devient "San Francisco", une bulle artificielle comme une autre.

Les valeurs technologiques soutiennent les "marchés", à tort ou à raison peu importe.

San Francisco, ses travailleurs pauvres le long des trottoirs, sa société "ouverte" aux minorités de toutes natures, a créé un univers de riches dont les "classes moyennes" ont été exclues.

Être une minorité c'est bien tant qu'on a des $.

Quand la bulle technologique explosera, on rentera chez nous. 

Le même phénomène se retrouve partout sur la planète. Y compris en France.

Dans cet univers post pétrole, l'urbanisation en cercle concentriques d'exclusions est la norme.

Avec une spécificité européenne : l'absence d'évolution et de maintenance des infrastructures parmi les plus anciennes de la planète.




La ville de Flint aux USA devient un "lieu commun" de l'urbanisme mondial.



Le jour où la "Tech" californienne sera accueillie en Arabie Saoudite ou dans le désert du Nevada, San Francisco deviendra Détroit. 

Au milieu de ces villes folles d'elles-mêmes, poussent les exclus étrangers qui sont notre miroir, images futures de nous mêmes, nous sommes pauvres mais pas tout à fait esclaves.

C'est barbare. Nous perdons nos âmes en acceptant des situations d'errance par milliers.

Nous prenons les mêmes rues, les mêmes bus, nous évitons les miséreux, pour notre sécurité.



 (?)

Il n'y aura pas de HLM pour eux mais le renvoi ou l'installation dans les campagnes désertifiées. La probabilité que tout ceci finisse mal ? Plus personne ne veut payer pour l'immigration. Même pas les immigrés !


("Le socialisme de la personne", concept LOL de François Hollande.... charité bien ordonnée ? ;).


Sans oublier les lois sur la réhabilitation thermique des habitats privés comme sociaux qui vont finir de nous ruiner.

"Payé à ne rien faire, dans un logement social", ma boule de cristal me souffle que c'est fini.

La gentrification de la très proche banlieue et des "quartiers populaires" est en cours et s'accélère. 

L'accession à la propriété dans toutes les banlieues de la petite ceinture parisienne, comprendre "là où il y a le M°", est hors de prix, sauf à être cadres sup pour un couple.

Les HLM très bien tenus, et il y en a, seront en vente et le prix de loyers fortement augmentés.
Poussant les habitants les plus fragiles toujours plus loin. 

Je ne donne pas d'exemple de villes en mutation, c'est anxiogène.

La redistribution a un coût. Et maintenant qu'il est admis de tirer sur la foule pacifique....les révoltes seront matées dans le sang. Quand les "pouvoirs" couperont dans les aides sociales, pas évident que leurs bénéficiaires descendent dans la rue perdre un œil.

"C'est gratuit, c'est un droit" a un coût. Celui qui paye détient.

Évidemment je vous passe toutes les corruptions qui vont accompagner le mouvement de déstructuration des acquis sociaux. Vous les connaissez comme moi.

La pression migratoire dont il est interdit de parler parce que c'est raciste, dans ce tableau "de pertes" a un sens.

Si on prend la ville comme objet d’examen, on pourrait établir une topologie, puis une typologie.

Dans Paris, cette ville défoncée (dans tous les sens du terme), sur chaque chantier qui creusent les trottoirs on observe des équipes d'africains. Comme je l'ai déjà dit ici, le blanc dans son petit imper beige, passe en aplomb des trous de voirie sans jeter un regard, sans sourire, sans s'intéresser. Quelqu'un au loin manie un marteau piqueur... loin...

Quand je suis témoin de ce type de scènes j'ai envie de demander au cadre dynamique si  :
"par hasard, il ne connaitrait pas la théorie du Maître et de l'Esclave ?"

Me revient aussi une phrase entendue dans la bouche d'un jeune homme récemment : 

"Netflix sauve des vies".

Quelle lucidité ! C'est clair que payer "sa tournée" à Bastille, quand le jus d'orange est à 12 euros, n'est plus possible.

Comme m'a dit ce jeune homme "On se fait une soirée jeux vidéos et séries TV à la maison avec les potes." 

Un quotidien d'enfermement grâce à internet qui, jusqu'à présent, a bien amorti le dernier choc pétrolier.

Tout à une fin.

------------------------------------------
Des Sources :

source la popularité de M

source la barbarie humaine sur les animaux, exemple.

Source Le Climat fait sa première victime en bourse

source Mobilité et Autonomie.

source Effets structurants des infrastructures de transports (ou pas....!)., la poule ou l’œuf.

Source la Théorie du Maître et de l'Esclave
 
source le Peak Oil vénézuélien.