mercredi 20 février 2019

Benalla, passeports chinois et américain ?





Après les révélations de Mediapart sur les contrats russe et ouzbek décrochés par Alexandre Benalla pour 2,2 millions d'euros, Valeurs actuelles est en mesure de révéler que l'ancien adjoint au chef de cabinet de l'Élysée a signé un contrat de sécurité de deux ans d'un montant de 7,2 millions d'euros avec une société chinoise cotée à la Bourse de Hong Kong.
Chapô premium
Le groupe chinois - réputé proche de l'appareil d'État - propose des solutions de services de sécurité, de logistique et d'assurance pour des clients en zones frontalières. Il recourait jusque-là principalement à de la main-d'œuvre américaine, française et russe pour assurer la sécurité de ses infrastructures et de ses effectifs en Afrique. Ses dirigeants veulent former leurs propres ressources. Et d'après nos informations, ils se sont tournés vers Alexandre Benalla, qui s'est engagé à réaliser des missions “ d'accompagnement, de formation et de sécurisation ”. Il sera, dans le cadre de ce contrat, en lien avec des anciens de Blackwater, qui fut la plus grande société de sécurité privée au monde en comptant pas moins de 22 000 hommes en 2017, dont les missions ont longtemps consisté à agir pour la CIA, notamment en Afghanistan et en Irak. Plus précisément, le groupe chinois souhaite se doter d'un “ important centre ” de formation de ses équipes dans la région de Guangzhou, dans le sud de la Chine. Charge donc à Alexandre Benalla de réfléchir à la création du centre, à la préparation d'un module de formation et à la mise en place de process pour être opérationnel dans les prochains mois. L'objectif est ambitieux : le programme doit être dispensé à 10 000 agents de sécurité par an. Source
Benalla c’est le fusible, le symbole jeté au bon peuple pour le calmer. Il ira ailleurs continuer sa
carrière de barbouze dans quelques jours.
Dettinger continuera la sienne comme employé de mairie.

À chacun selon son mérite.

M a peur, le feu couve, il balance une goutte d’eau. Et met Alexandre à l’abri, comme Tarik le
fut en son temps.