mercredi 23 janvier 2019

La France, paradis des pedophiles.

A l’issue de l’affaire d’Outreau, et après que tout un groupe ait été condamné, puis finalement innocenté, la vraie question, c’est que les enfants d’Outreau ont été abandonnés pendant des années, on leur a dit en gros : « circulez, il n’y a rien à voir ». On a considéré que la parole de ces enfants qui avait été entendue et reprise dans des circonstances extrêmement pénibles pour eux, n’était pas digne d’être entendue. Lors du procès d’Angers, que nous comparons avec le procès d’Outreau, et où il y a eu une soixante d’accusés pédophiles, tout s’est passé de façon – on ne peut pas dire sereine – mais conforme au droit parce que le témoignage des enfants avait été recueilli dans des centres prévus à cet effet, enregistré, et qu’on ne leur a pas demandé cinquante fois de répéter la même chose. A Outreau, les enfants qui ont témoigné, ils étaient dans le box des condamnés ! Donc on voit bien qu’il y a eu une inversion absolue des priorités et des valeurs, et c’est ça qu’on a essayé de démontrer : très souvent, on fait de l’enfant victime un enfant coupable.

....la France est le paradis des pédophiles. C’est une formule qui peut choquer. Y a-t-il vraiment une situation spéciale en France ? Sommes-nous vraiment plus tolérants envers les pédophiles que d’autres pays, et pourquoi ?
C’est ce qu’on constate quand on examine les condamnations pour violences sexuelles sur enfants, qui sont souvent extrêmement faibles et extrêmement légères. Il faut rappeler les faits graves qui se sont passés dans la culture des années 70, où, à la une de Libération et du Monde, il y avait des témoignages de pédophiles notoires qui trouvaient formidable d’avoir des relations sexuelles avec des petits garçons ou des petites filles. Ce n’est pas si loin, les années 70, et c’est une presse qui avait beaucoup d’influence, tout ça reste quand même dans les esprits. 

Quand on dit que la France est le paradis des pédophiles, c’est sur la base des faits : les condamnations pour faits de pédophilie sont moins sévères que les condamnations pour viols d’adultes. Davantage sur la source