mardi 27 novembre 2018

Les Bullshit jobs, marqueurs du néo-féodalisme.



Sans ces boulots qui ne servent à rien nous en serions à 70% de chômeurs en occident.

À quel prix pour le salarié inutile ? L’aliénation. Le stade ultime du kapitalisme c’est aussi le stade ultime de l’aliénation.

Quid de la démocratie dans ce paysage ? La démocratie est mourante.

Les GJ ? Stop ou encore ? Le mouvement peut marquer le début d’une prise de conscience mais tout aussi bien un chant du cygne.

Debout, digne dans le froid vaut mieux qu’assis sous la clim réversible en contemplant la vacuité de son existence.

Quelle augmentation possible du pouvoir d’achat dans une organisation sociale qui privilégie les emplois improductifs afin de se garantir une paix sociale ? Clientélisme, quotas de populations diverses viennent maintenir ce système insensé en donnant une légitimité aux votes, par principe  contraints. Il faut voter pour celui qui assurera la pérennité des salaires inutiles.

Cet auteur américain cite la fonction publique française comme exemple. Actuellement il y aurait 30% de salariés de la fonction publique territoriale surnuméraire.

Ces 30% voteront M ou un autre qui leur assurera la pérennité de leur statut.

Tout ceci est bien fragile mais la force historique du kapital est l’adaptation.

———————-


(Nucléaire).

J’avais envie de dire un mot de Jancovici. Du peak-oil au nucléaire... de Manicore, son si merveilleux site, à une agence gouvernementale « climatique »... nous parlera-t-il de la fin des énergies fossiles et des conséquences de celle-ci comme il le faisait si bien ?

Jean-Marc, tu nous manques... où es-tu parti ? Jancovici, en toute justice, a toujours lu l’intégralité de
« The Hubbert Curve » :



La partie qui ne plait à personne...il faut lui reconnaître cette persévérance.

Ci-dessous, 1953, une mère et son enfant admirant un essai nucléaire aux USA :




Jean-Marc, please.... here we go ? Bullshit job ?