vendredi 19 octobre 2018

Le luxe : une mousse au zinc.




Bière, vin, chocolat... deviennent des produits de luxe.

A mesure que les événements climatiques majeurs frapperont les principales régions de culture d'orge au cours du siècle à venir, les prix moyens de la bière vont doubler. Dans le scénario le plus optimiste (avec fort déclin immédiat des émissions de gaz à effet de serre, ce qui n'est pas du tout le chemin pris actuellement), moins de 20 événements extrêmes majeurs concerneraient ces zones d'ici 2100, réduisant la production mondiale de bière de 4% et relevant les prix de 15%. 

"Quand un événement extrême survient, le rendement de toutes les cultures décline. Les pays pauvres, l'Inde, l'Afrique... devront s'interroger sur leur sécurité alimentaire. Les populations des pays développés souffriront moins, parce qu'elles ont un pouvoir d'achat plus élevé, mais leurs consommations de luxe devront être revues (bière, vin, chocolat...)". Source

—— les migrations de la faim sont en route.  Boire pour oublier, un truc de riches. Pour les pauvres ? Le krack ou la cocaïne...