lundi 3 septembre 2018

La sixième extinction.

Entre 1970 et 2012, le nombre de mammifères, oiseaux, poissons, amphibiens et reptiles peuplant la Terre a diminué de + de 50%. 

Et la baisse ne montre aucun signe de ralentissement.




Eléphant dans la plaine, Kenya 2018 photo @laurentbaheux.



Pourvu que ça ne craque pas maintenant 😊 !


Soit c’est une boucherie, soit tout continue doucement de se déliter...








« On mange du pétrole ». Inflation sur l’alimentation pour les pays riches et faim pour les pays pauvres.

Un « printemps arabe mondial ». « Sauver la planète », sur 5 générations, oui !
Mais là, tout de suite, dépeupler ? Ou attendre l’inversion « naturelle » des taux de natalité et de fécondité mondiaux ? 

Tout est ouvert. Que les meilleurs gagnent ? Merci Monsanto pour nous avoir rempli l’estomac jusqu’à présent ! Merci la financiarisation pour nous avoir offert un matelas d’atterrissage et d’avoir lisser les soucis !

Nous entrons peu à peu, ou brusquement, dans une guerre quelque soit sa forme.

« Get out of my land » ! Laisse mes poireaux tranquilles ! Les tensions sur l’eau douce et potable vont devenir extrêmes. En Asie, c’est déjà d’actualité, au MO, ça fait plus de 10 ans,  etc..

Si ils choisissent la méthode soft, nos niveaux de vie occidentaux ne vont que baisser.

Si ils choisissent la méthode hard, ils achèveront la planète. 

La voie médiane c’est : plus de pauvres partout, un nivellement par le bas et des conflits ouverts par zones « tendues ». Hô ! Wait ! Nous y sommes déjà !

A mon avis ils ont besoin maintenant d’un petit coup d’accélérateur... juste parce que ça commence à se voir...







J’ai pris les modélisations de 1972... :))

Qui sont tout à fait exactes...

Ci-dessous, les chiffres du pétrole aujourd’hui :




Attention, l’Iran a besoin d’exporter son pétrole ...heureusement qu’il a signé des accords avec la Russie, la Chine, la Turquie...



C’est curieux, non, ces investissements dans le pétrole...
Non.