mardi 31 juillet 2018

licenciements en vue dans le textile.





"L'habillement licencie à tour de bras".

À lire dans @lemondefr / cc @PierreAGERON. Source

Via @geographe du monde.

L'un des experts du dossier compare la situation à l'effondrement du secteur à celui de la sidérurgie à la fin des Trente Glorieuses. L'effort de l'État n'est pas vraiment comparable...

L’article n'a pas le temps d'aborder la dimension géographique : les galeries commerciales qui concurrencent les commerces de vêtements en centre-ville. 

Au total, l'abondance d'offre en textile (fabriqué en Asie) profite aux sociétés les plus solides et les mieux gérées.

Et à Amazon. ...



Depuis 2008, le marché français de la mode a perdu 14 % de valeur. Et malgré un petit regain d’activité en 2017, les chaînes d’habillement n’ont pas recouvré la santé. 

Les ventes ont dévissé de 6 % en mai et très légèrement progressé en juin (+ 0,2 %). 

Selon l’Institut français de la mode, les chiffres d’affaires des distributeurs sont « en recul de 2,2 % en valeur sur les six premiers mois de l’année, par rapport à la même période de 2017 ». Dès lors, dans cette filière qui a connu une expansion à tout-va dans les années 2000, l’heure est aux arbitrages.

A l’en croire, cette crise « va laisser des marques et des enseignes de côté ». Car les Français dépensent moins, plébiscitent les petits prix et se détournent des réseaux de magasins de mode, pour s’approvisionner sur le Net.