dimanche 17 juin 2018

Prostitution des mineures, mêmes causes qu’au RU?

La procureure générale de la cour d'appel de Paris alerte sur l'augmentation des faits de "proxénétisme des cités", touchant de jeunes femmes, parfois mineures, et appelle à la "vigilance" notamment des parents.
"Depuis 2014, aux côtés des réseaux criminels étrangers de traite d’êtres humains, les affaires portant sur des faits de proxénétisme des cités se multiplient".
Ces jeunes filles, droguées à la cocaïne, enchaînaient jusqu'à 300 passes par mois dans des hôtels d'Ile-de-France. L'une des jeunes victimes a déclaré rapporter jusqu'à 48.000 euros par mois à son proxénète.
"L’activité, lucrative et peu complexe, attire des jeunes qui entretiennent des situations d’ambiguïtés amoureuses laissant aux jeunes filles l’illusion de croire qu’elles ne sont pas des prostituées et aux garçons, qu’ils ne sont pas leurs proxénètes". 

Exactement le même phénomène que celui qui s’est déroulé en Angleterre et qui a fait l’objet d’une série de la BBC. 

Différents pays, mêmes causes ? immigration, culture importée, pauvreté des parents ?
Solitude des jeunes ? Abandon ? 


Vost. Premier épisode.