jeudi 17 mai 2018

La mort dans le bouddhisme tibétain


J’avais lu « le livre des morts tibétain ».

Et je me souviens encore du chapitre sur « les bardos de la mort »...

C’est pas automatique de voir la lumière blanche, souvent on passe à côté et on se retrouve dans une « zone grise » qui n’a absolument rien de sympathique.

Pour prendre le bon chemin nous n’avons qu’une minuscule fraction de millième de seconde et comme souvent nous avions beaucoup pêché, on le loupe car nous ne sommes pas « éveillés ».

On erre dans un espace de poussière, assez sombre, qui nous renvoie à nos peurs pendant un temps indéfini avant de nous réincarner selon nos actions dans notre vie antérieure ...

Ces « bardos de la mort » m’avaient fait froid dans le dos... je n’ai pas trop l’espoir de rejoindre la lumière directement ... trop de pêchés...