jeudi 26 avril 2018

« Quand il n’y a plus d’avoine au râtelier....

....les ânes se battent »....

.....Nous en somme là :




Une aide d'état à l’alimentaire ? Un plan d’urgence de 48 milliards pour les pauvres ?
—————


Une grosse tension sur l’alimentaire...ce n’est que le début. Hier, rue Philippe de Girard, 18°. (Photos).

L’alimentation pour les migrants si elle n’était pas si chère ne serait pas prise en charge par « les assos » de malfaiteurs...

Ça doit être joli le trafic des produits alimentaires ! On a déjà eu quelque scandales aux restos du cœur mais là, on a changé d’échelle !!!!

Et personne pour surveiller qui donne quoi à manger....quelle qualité pour les produits ? Aucune vérification des comptes, conditions d’hygiène dans les « cuisines » inconnues...

Une économie de trottoir qui alimente l’EI ? Non ! Je m’égare....oubliez !