vendredi 20 avril 2018

L'effondrement, suite et bientôt fin.



Merci à Jean jacques, qui nous offre cette vidéo, plus que claire !

Entre les lignes, Jancovici au mieux de sa forme, nous évoque la fin de l'Europe libérale et financiarisée, de la démocratie, le retour des frontières et d'une certaine autorité des "états"....

"démographie galopante" ne fait pas bon ménage avec "monde contraint"... "quand quelqu'un prend quelque chose un autre souffre"...

Le retour aux dures réalités humaines dans l'aveuglement général des hautes sphères dirigeantes...



__________ Un point énergies fossiles :

Une pénurie en 2020 ? https://www.lesechos.fr/07/03/2017/LesEchos/22398-138-ECH_l-aie-craint-une-penurie-de-petrole-a-partir-de-2020.htm





Selon le BP Statistical Review de 2016, compte tenu de la production actuelle, la durée des réserves mondiales prouvées de gaz naturel serait de 55 ans — contre 53 pour le pétrole. Ces réserves seraient de l'ordre de 186.900 milliards de mètres cubes. 

Plus de 60 % d'entre elles se concentreraient dans cinq pays : l'Iran, la Russie, le Qatar, le Turkménistan et les États-Unis.

Source




Mais :

Les sept principales sociétés pétrolières occidentales ont vu leurs réserves prouvées tomber à 86,93 milliards de barils en 2017, en baisse de 0,7% en glissement annuel et de 9% en dessous de 2013Source

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit que la consommation de gaz naturel augmentera de 50% d'ici 2040, alors que la croissance de la demande de pétrole ralentit et que la consommation de charbon continue d'augmenter.

Ça tombe bien ils ne trouvent plus de nouveaux gisements de pétrole !!!!

Il reste à voir comment la pénurie actuelle d'activités d'exploration se répercutera sur les ressources comptabilisées et les ratios de remplacement des réserves. 

Les nouvelles découvertes de pétrole et de gaz classiques ont fortement diminué depuis 2015 et l'année dernière (2017) a été particulièrement mauvaise pour les résultats de forage

Selon Rystad, moins de 7 milliards de barils d'équivalent pétrole conventionnel ont été découverts en 2017, le plus bas depuis les années 1940 et suffisant pour remplacer seulement 11% de la production mondiale de pétrole et de gaz. 




En plus :

 La quantité d'énergie nécessaire pour maintenir l'infrastructure dans laquelle nos industries d'extraction d'énergie peuvent fonctionner (routes, écoles, soins de santé, et peut-être même la civilisation) est énorme et n'est pas comptabilisée dans la plupart des étudesSource 


...comment répartir proportionnellement ce pourcentage par rapport à tous les investissements en soins de santé pour l'ensemble de la population? 

On peut additionner toute la main-d'œuvre dans les industries énergétiques appropriées, la comparer à la population totale et multiplier le ratio par l'énergie totale utilisée dans les soins de santé. 

Ou on pourrait supposer que toute l'énergie requise pour soutenir le travail, y compris l'énergie associée à la dépréciation du travailleur (c'est-à-dire l'énergie utilisée pour subvenir aux besoins de la famille du travailleur) est bien représentée par le salaire du travailleur. 

Donc, si un travailleur gagne 70 000 $ par année, on pourrait multiplier cela par l'intensité énergétique moyenne de l'économie américaine (environ 6 MJ par dollar) pour générer l'énergie utilisée pour soutenir le travail pour l'année (420 GigaJoules, soit environ 70 barils de pétrole ). Encore une fois faire cela pour tous les travailleurs de l'énergie serait une somme énorme.  

Lorsque, dans le cadre de l'analyse, nous avons ajouté une estimation de l'énergie pour soutenir les salaires des travailleurs pour la construction d'installations solaires en Espagne, elle a doublé le coût énergétique de la construction et de l'entretien des installations photovoltaïques.  

Le point principal est que comme nos combustibles fossiles de haute qualité sont épuisés et que nous envisageons de passer aux énergies renouvelables, nous aurons une énergie nette inférieure et inférieure pour alimenter la partie non énergétique de la société avec de très grandes conséquences.
 __________


Ne me remerciez pas ! C'est cadeau ! ;)

Nous pourrions vivre d’énergies renouvelables et de permacultures mais pas avec 10 milliards d'humains. 

Rappel :

Nous mangeons du pétrole et ces chiffres sont de 2008 ! ajustez !

La Révolution Verte a accru la quantité d’énergie consommée par l’agriculture de 50 fois en moyenne par rapport à l’agriculture traditionnelle. Dans les cas les plus extrêmes, la consommation d’énergie de l’agriculture a parfois été multipliée par 100 ou plus.

Aux USA, 730 kg d’équivalent pétrole (400 gallons) sont dépensés par an pour nourrir chaque Américain (données de 1994). 

La consommation d’énergie pour l’agriculture se répartie comme suit :

– 31% pour la fabrication d’engrais non organique
– 19% pour les engins agricoles
– 6% pour le transport
– 3% pour l’irrigation
– 8% pour élever le bétail (sans sa nourriture)
– 5% pour l’assèchement des récoltes
– 5% pour la production de pesticide
– 8% divers8

Les coûts énergétiques pour emballer, refroidir, transporter vers les revendeurs finals et cuisiner ne sont pas pris en compte dans ces chiffres. source et plus

C'est tout. Internet, les hôpitaux, les rayons alimentation c'est de l’énergie. 
et là, tout de suite, c'est du pétrole, du charbon et du gaz. 

On peut transitionner mais pas avec 10 milliards d'humains...

Relire ici : le pic des sols !!!! plus de terre....

Il y a de bons scientifiques, des études, tout... on n'a besoin de rien... on a besoin de moins d'êtres humains.... La transition énergétique c'est la dépopulation.

Que le meilleur gagne, ça permettra un tri génétique in vivo ! 

 Accessoirement nous ne sommes pas prêts de sortir du nucléaire !

Nous préfèrerons sans doute avoir chaud l'hiver...

Quoiqu'il en soit, même le bois n'est plus une énergie renouvelable à l'échelle de 10 milliards d'humains...

Concomitamment à la raréfaction des énergies fossiles la Bienpensance va se prendre le mur de la géologie en pleine face ! 







 Pour toutes ces raisons, la presse se concentre sur l'essentiel :