dimanche 29 avril 2018

automutilations : plus 300 % en vingt ans chez les ados.

Source

«Globalement, les enfants entre 5 et 15 ans vont de mieux en mieux. Mais comme cette amélioration est moins nette pour la santé mentale, la part relative des troubles mentaux augmente», plus particulièrement dans les pays occidentaux, souligne l’auteur de l’étude publiée sur le site de la revue Child and Adolescent Psychiatry and Mental Health 

Résultat: les troubles du comportement, les troubles anxieux, les troubles dépressifs majeurs et le syndrome d’autisme-Asperger arrivent en tête du podium des maladies les plus fréquentes chez les enfants dans le monde.

 «Il y a vingt-cinq ans, la dépression concernait quasi exclusivement les adolescents. Or elle apparaît désormais plus fréquemment chez des enfants avant l’âge de 10 ans. Et les actes suicidaires chez les moins de 11 ans sont de plus en plus nombreux.

les automutilations qui, là encore, se rencontrent de plus en plus chez de très jeunes filles. Elles ne sont pas pour autant le témoignage d’un passé traumatique «Elles traduisent ainsi un état de mal-être. Elles passent à l’acte sur leur propre corps car elles ne se sentent pas suffisamment reconnues. Leur seul objectif dans la vie est d’avoir de l’argent et d’être célèbres. Ce sont des jeunes en manque de projets, d’engagements».

des troubles qui traduisent le mal-être chez les plus jeunes. Ils seraient ainsi, entre 10 et 15 %, à traverser des moments très difficiles.
——-




Quand on dit « un monde de fous... »... on n’est pas si loin du compte !

- les enlever à leurs familles pathologiques, exiger du travail scolaire en pensions, avec matines et vêpres, port de l’uniforme, suspension des jeux vidéos et châtiments corporels.

C’est toujours mieux être mutilé par quelqu’un d’autre, ça développe la haine et la volonté de survivre ainsi que les capacités d’évitement.

Tout le monde est d’accord ? 😇

Moi, je suis d’accord ! Et c’est exactement les remèdes que je conseille. En général ça marche pas si mal.... vaut mieux détester ses parents pendant quelques semaines et, après un bon diplôme en poche, oublier...

Je sais, je suis excessive ... mais, croyez-moi beaucoup de  « crises d’adolescence » se règlent ainsi.

Ensuite, les poisons de toutes sortes n’y sont pas pour rien... mais agissons déjà sur ce que nous pouvons contrôler dans ces affaires.

Et surtout, évitons les « ritalines » et autres « dépakines » et « tertian » quand ce n’est pas nécessaire....

(Et bien sûr, aimons-les.)