jeudi 8 février 2018

On the road again.

Je reviens. Je vais tenter de faire un lien entre les « enfants fleurs » californiens des années 1960 et la vague migratoire africaine.

En attendant :


Enjoy. 1969. L’année érotique.

Pour les hommes ;) ZZ Top 1975 :






J. Hendrix. 1969. Voodoo Child. Prémonitoire.


___________ _________

Avant tout, il faut souligner que RIEN n'est possible sans l'assentiment qui suit un besoin marchand  du kapital.

Quand le Kapital nécessite une action, un coup de billard à 3 bandes, il instrumentalise une idéologie portée par un groupe quelconque et lui donne les moyens financiers de subsister.




 (le pape d'aujourd'hui ne reproduit que les vieilles lunes d'autrefois).

Les "enfants fleurs", les hippies de l'Amérique des années 60 étaient le plus souvent des rejetons de famille de classe moyenne, élevés selon les préceptes de l'enfant roi.



Malheureusement il y avait aussi des enfants de pauvres. Car on ne dira jamais assez que l'Amérique, l'Eldorado des années 50-70, était duelle.

source et davantage de photos de l'Amérique pauvre

Des gens-blancs très pauvres, une classe moyenne richissime, et des noirs à part. Ceci, vu selon nos standards à nous.
Les très pauvres vivaient comme les ouvriers italiens des années 50, la classe moyenne en expansion bénéficiait de revenus égaux à 2 ou 3 fois et demi ceux d'un cadre supérieur français.

Et à côté vivaient les noirs qui, eux aussi, ont vu la formation d'une (modeste en poids) classe noire très éduquée et bien payée à la même époque, mais aussi la permanence de la misère (relative en Amérique) afro-américaine.

Dans les années 60, donc, se lève un mouvement écolo, vegan (si,si) et anarchiste dont le mot d'ordre sera Peace and Love.



Mais aussi, et ce n'est pas rien, "No Future". lire ici

Un mouvement purement anti-capitaliste, anti-travail, anti-modèle patriarcal, concomitant mais distinct du mouvement de "Libération des noirs" américains.

Il y eut des drames, des enfants perdus, des morts, des familles aux abois car les très jeunes ados (parfois 12 ans) quittaient, pour certains, la Pennsylvanie pour rejoindre le soleil californien en auto-stop du jour au lendemain sans prévenir personne. De très jeunes filles se prostituaient en déclarant "que leur corps appartenaient à tout le monde" et en distribuant des fleurs...il faut manger même quand on est vegan.

Bien sur, il ne reste que peu de traces des drames et beaucoup du folklore.

Toute une génération criait qu'il fallait aimer son prochain et les animaux tout en fumant des joints. plutôt sympa.

Puis les hippies les plus purs ou radicaux sont partis en Inde se piquer à l'héroïne, en Afghanistan, au Pakistan, à Bali, à Ibiza ....

(Inde).


Beaucoup sont morts mais on n'en connait pas le nombre. Et les autres ? ils ont ouvert des hôtels à Bali pour les surfeurs australiens, développé les voyages de masses en Orient, ouvert la route de la soie jusqu’en Inde, favorisé les vols long courriers des compagnies aériennes. ....

 (les routes hippies pour voyager).

Ils ont ouvert la voie de la mondialisation des échanges et notamment celle du tourisme.
Ils ont tracé les contours du trafic d'opiacés tel qu'on le connait aujourd'hui.

 source et plus

(on retrouve toujours les mêmes. curieux.)


Puis, le Kapital, n'ayant plus besoin de leurs services, ils ont disparu.
Disparition par :
1) la diabolisation du mouvement hippie via C. Manson



 (il a toujours un fan club).


2) la guerre d’Afghanistan et la main mise de la CIA sur l'opium.

Ils ont aussi facilité, dans la tête des tueurs en série, les passages à l'acte sur les autoroutes. 
C'est à cette époque, quand ces jeunes faisaient de l'autostop, que les tueurs ont commencé à parcourir les routes...une recherche vite fait




Les hippies cherchaient le Paradis Perdu ils ne trouvèrent que l'artificiel qu'ils laissèrent au deep-state. Ils changèrent les paradis en zones hyper commerciales. source.

Celui qui cherche le Paradis sur la Terre blasphèmerait-il ? ;)

Ils ont participé au fait que les noirs américains soient laissés pour compte car en déclarant une égalité de fait et transcendante, ils en ont oublié la dure réalité d'un véritable apartheid.

Ils ont même en partie détruit par idéologie la porosité culturelle entre blancs et noirs et l'équilibre précaire mais réel entre les pauvres blancs et les pauvres noirs. Empêchant donc toute "lutte des classes" au profit d'une lutte purement raciale.

L'Amérique s'en est retrouvée encore plus racialisée. car à nier l'évidence la fracture ne pouvait que s'aggraver.

Quoiqu'il en soit, nous sommes leurs enfants, les enfants des manipulations psycho-sociales de la CIA (pour faire très court).

L'écologie, l'Amour du prochain, l'hospitalité, la fraternité, tout ceci était des valeurs hippies.
il nous en reste les morts par opiacés, la mondialisation des échanges qui nous appauvrit tous, la destruction du vivant, le narcissisme, etc...

J'en arrive à me demander si vouloir faire le mal n'est pas mieux, au final ! ;)
 ...qui veut faire l'ange fait la bête. 

 
Charles Manson en vidéo sous titrée.




l'Afghanistan, un million de morts en 10 ans et des déracinés...mais de l'opium !


....Réfugiés et Héroïne! un drame total.






...pour en arriver exactement aux mêmes mots !

..... à suivre....