jeudi 15 février 2018

La France, ce Luna Park de l'Europe.

source




C'est un véritable paysage de la désindustrialisation française que vient de dessiner l'Insee. Et il est assez déprimant sur longue période. Depuis 2006, la France a perdu 530.000 emplois dans l'industrie et 27.300 entreprises ont purement et simplement mis la clef sous la porte, selon une étude de l'Institut publiée ce jeudi.
L'industrie manufacturière est, de loin, le secteur qui a le plus souffert au cours des dix dernières années.  Sa part dans le PIB est passée à 10,2 % seulement en 2016 alors qu'elle représentait un peu plus de 14 % de la richesse produite chaque année par l'économie au début des années 2000. « Presque toutes les familles d'activités industrielles manufacturières sont en repli, qu'elles produisent des biens intermédiaires, d'équipement ou de consommation », notent les auteurs de l'étude.




La fabrication de textiles et des industries de l'habillement, du cuir et de la chaussure a été l'activité la plus touchée, avec une baisse de 35 % de ses effectifs depuis 2006. Mais l'industrie du bois, du papier et de l'imprimerie ou encore la plasturgie et la métallurgie ont chacune perdu plus de 60.000 salariés en dix ans. Une lueur d'espoir quand même : en 2017, l'industrie a arrêté de détruire des emplois quand on comptabilise les postes d'intérimaires.

Il n'en reste pas moins que cette atrophie du tissu productif industriel touche tout le territoire, même si les zones d'emploi les plus fortement affectées sont celles du bassin parisien, du nord, de l'est et du centre de la France. 

 En 2015, l'industrie manufacturière n'employait plus de la moitié des salariés des secteurs marchands que dans neuf zones d'emploi en France, sur les 300 que recense l'Insee. Et encore, ces zones d'emplois sont relativement petites puisqu'il s'agit de Sablé-sur-Sarthe, La Ferté-Bernard, Ambert, Segré, Saint-Claude, Oyonnax, Issoudun, La Vallée de l'Arve et Thiers.

Ou Lupanar ? pour joindre l'agréable de la douceur de France à l'utile allemand ?

On a le choix ? avec 4 points de baisse de QI, il faut envisager toutes les solutions...