jeudi 7 décembre 2017

Capitale de la Palestine, la solution saoudienne.






D'une capitale à l'autre. L'information est passée relativement inaperçue, mais le New York Times s'en est fait l'écho au début de la semaine. Le mois dernier, le prince héritier d'Arabie saouditeSource

Mohammed ben Salmane (MBS), a rencontré le chef de l'autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et lui a fait une proposition pour le moins inattendue : renoncer à faire de Jérusalem-Est la capitale du futur État palestinien au profit d'Abu Dis, localité située au sud-est de la ville sainte.

L'Arabie saoudite est aujourd'hui engagée dans un bras de fer contre l'Iran pour des raisons de prééminence à la fois religieuse (sunnites contre chiites) et géopolitique. En l'espace de quelques années, Téhéran a avancé ses pions en Irak, en Syrie, au Liban, plus récemment au Yémen, et Riyad voit dans ce voisin aux ambitions nucléaires affichées une menace bien plus préoccupante que celle théoriquement représentée par l'État hébreu.
De leur côté, les autorités israéliennes sont arrivées aux mêmes conclusions. D'autant que les forces iraniennes sont présentes massivement en Syrie et qu'elles continuent à armer le Hezbollah libanais. Il a suffi de ce commun dénominateur pour rapprocher l'Arabie saoudite d'Israël sans toutefois qu'une reconnaissance soit envisagée à ce stade.

Abu Dis.