mardi 28 novembre 2017

Bangladesh et Birmanie, les fantômes de la partition.

Les Rohingyas, malheures victimes ? Certes, mais pas que !
Retour en 1971 :



Début avril 1971, écœurés par la passivité de Washington face aux massacres, vingt diplomates du consulat américain à Dacca envoient un message de protestation, premier câble dissident de l’histoire. Critiquant vertement la position de Nixon et Kissinger, le «télégramme Blood» décrit comment l’armée pakistanaise cible les hindous - pourtant pas spécialement indépendantistes,mais suspectés de se rallier à l’Inde : on leur soulève le lungi (sarong) pour voir s’ils sont circoncis, on les tue s’ils ne peuvent réciter des prières musulmanes. L’armée d’Islamabad peint sur leurs commerces de grands «H» pour «hindous». Même la CIA reconnaît ce «nettoyage ethnique» tandis que pour Archer Blood, il y a une «obligation morale à condamner le génocide». Mais fin avril, Kissinger cloue le bec de celui qu’il nomme le «dingue de Dacca, le consul général en rébellion» et le fait rapatrier.
En juin 1971, 150 000 réfugiés arrivent chaque jour en Inde, fuyant les massacres au Pakistan oriental. L’Inde ne peut faire face. «Pourquoi ne les tuent-ils pas ?» suggère Nixon. La famine menace, le patron de la CIA prévient : «A côté, le Biafra aura l’air d’un cocktail mondain.» 
La Birmanie, riche en ....hydrocarbures ! 
La quête de ressources énergétiques est à l’origine d’un vif contentieux entre le Myanmar et le Bangladesh. Leur différend, qui porte sur la revendication de zones offshore potentiellement riches en hydrocarbures, risque en outre de compliquer les ambitions de la Chine. Grâce à un pipeline long de 2 300 kilomètres [dont la construction doit commencer en 2009], le grand voisin cherche en effet à acheminer du gaz depuis cette zone vers le Yunnan, sa province enclavée du Sud-Ouest. Source et plus


Fake. Photo indonésienne.


 Les conditions pour une guerre civile sont mûres. La « communauté internationale », c’est-à-dire les États-Unis, soutient évidemment la guerre secrète du Bangladesh contre le Myanmar car il s’agit de contrer l’influence chinoise dans le Golfe du Bengale et de se servir de l’État d’Arakan comme base d’opérations pour le « djihad » imminent, appuyé par les USA, dans le province occidentale chinoise du Xinjiang; et ainsi que pour déstabiliser la Thaïlande, la Malaysie et l’Indonésie. Source et plus 

De plus de ceci on ne parle pas ou peu : Une attaque de rebelles musulmans rohingyas fait 89 morts en Birmanie

———— bref, avant de juger, lire tout ceci. Des forces obscures sont à l’œuvre ... et, pour finir : pourquoi en appeler à.... Erdogan ? Hum, hum...



Hashtag repris par Omar Sy. Permettez moi de m’interroger...


Enfin, je me souviens du frère musulman, de « baraka charity », autant de dire que je me souviens de #freemoussa....



Le « prix Nobel de la paix »  n’est plus fréquentable ...

Pour info :