mercredi 20 septembre 2017

La destruction comme seule production.

Hier entre 19h et 20h30, LCI et France-info....

 "Sauron veut dialoguer avec Assad". (Kouchner à plat ventre devant la pensée complexe.)

Une heure plus tard "Sauron déclare qu'Assad devra être jugé".

Comprendre : "être assigné devant le tribunal de La Haye".

Pujadas, lost in translation.
(Moi, MDR !).

-----nous sentons tous que le profit reste la seule notion qui mène la danse et surtout donne un sens.

Le profit, comme toute chose va se heurter à la surpopulation. Ce qui génère encore des profits, comme les migrations, l'abattage des arbres à Bornéo comme en Amazonie va se mordre la queue comme un serpent à sonnette.

Le profit et l'usure ne trouvant plus où se poser et quoi dévorer s'effondreront.

L'auto-consommation empoisonnée. Quand je lis "chacun devra rouler en voiture électrique pour sauver la planète". Je me dis "ok. Quelles batteries, quelle puissance, sans le nucléaire ? Avec les éoliennes ? Les panneaux solaires marocains ?".

Pas drôle, quoique, ce qui est vraiment comique c'est que certains y croient dur comme fer.

Oui, c'est la fin d'un système qui ne tient pas car il détruit plus qu'il ne produit et que le coût de la destruction va s'avérer bien supérieur à celui de la reconstruction impossible pour les 11 milliards d'humains qui arrivent.

Il n'y a plus qu'à attendre et à ouvrir les yeux. Pop corn !