samedi 24 septembre 2016

Migrants, métissage, viols et police des alcôves

Sur le flyer, le rendez-vous était fixé au 6 septembre, à 17 heures, dans un quartier un peu excentré d’Essen, une ville de la Ruhr. Le thème :« Tomber amoureux en Allemagne. »

L’organisateur : Horst Wenzel, présenté comme « un des plus célèbres coachs en matière de flirt ». Au programme : « A partir d’exemples de tous les jours, montrer comment les hommes et les femmes entrent en contact et apprennent à mieux se connaître en Allemagne. » Public visé : pas toutle monde. Sur ce point, le flyer est clair : en haut, il est bien précisé qu’il s’agit d’un « cours de flirt pour les réfugiés ».
Source et plus de folies.


--- bref, n'importe quoi ! Mais alors, n'importe quoi ! 
Débile ! Dans toutes les cultures de la planète le viol n'est pas admis. 
Le viol se répand en Inde, par exemple, parce qu'à force de tuer les bébés filles les hommes pauvres et non éduqués se retrouvent célibataires à 50 ans.

Sinon, je n'ai jamais connu une seule culture où les agressions sexuelles sur les femmes étaient permises. 

Donc il ne s'agit pas de sexualité mais d'agressivité. Je vous assure que la nuance est importante. À mon avis ce n'est pas simplement violer une allemande qui devient essentiel mais marquer sa puissance par la violence. 

Une agression. Un acte de guerre. Vieux comme l'histoire de l'humanité.

Plus j'avance et plus je me dis qu'en nommant tout de travers on va à la catastrophe. 

Le mets ça ici simplement pour la phrase de Churchill. Le reste n'est pas mon souci.