dimanche 19 juin 2016

L'Encyclique Sociale de Benoit XVI

Je reviens sur la parabole des talents, en quelque sorte.

Les encycliques   L'Encyclique encore, Sur Wikipedia

L'église Catholique tous les dix ans environ depuis le XIX° siècle, édite une "Encyclique sociale".

C'est tombé sur Benoit XVI. En 2004-05.

Cette encyclique sous l'égide du Pape reprend et éclaire la "Doctrine Sociale" de l'Eglise dans la continuité des œuvres de l'Eglise.

Il n'est pas question aujourd'hui ici de critiquer l'Eglise Catholique, mais bien, une fois n'est pas coutume, de noter son extraordinaire pouvoir de projections dans les domaines sociaux et politiques.

Une encyclique c'est une sorte de "plan décennal" qui oriente le travail des évêques.



Une encyclique sociale c'est :

- un constat
- une analyse des causes et des effets
- une mise en évidence des remèdes à apporter.

L'Eglise, jusque dans les années 1970 était le premier service de renseignements généraux mondial.
Implantée sur tous les continents, ses informations remontaient au Vatican.

C'est l'avantage de la centralisation dans une structure pyramidale : on a des informations à recouper et des chiffres, une vision et donc une analyse globale du monde !

L'Eglise était l'INSEE mondial. Était ? Oui, l'Eglise perd des fidèles et des prêtres.

L'Encyclique de Benoit XVI n'a pas disparu avec François. C'est la force des grosses structures dogmatiques, leur lenteur, leur poids administratif, leurs règles.

L'encyclique de Benoit XVI régit aujourd'hui encore la politique sociale de l'église.







Un encyclique sociale c'est un très très gros texte où chaque mot est pesé avec le plus grand soin et dont la lecture est particulièrement soporifique quand on ne lit pas à travers les lignes.

Que nous disait Benoit XVI ?

"Il faut partager, la planète est en danger, les disparités et injustices sociales à travers le monde produiront des famines, des déplacements de populations et des guerres".

Et oui, en 2005, l'Eglise faisait le constat. Niveau remèdes ? Clairement ce vieux Pape appelait au changement radical de comportement en occident et au partage juste des richesses mondiales.

Bref, un véritable révolutionnaire, ce Benoit XVI !

Je me suis déplacée pour étudier (trop peu) cette encyclique. Je témoigne.






Nous étions très peu nombreux à être venus écouter le conférencier théologien.

La petite salle était pleine de vieux ingénieurs et universitaires, tous engagés dans les œuvres sociales de l'Eglise en France et ailleurs.

Retenir : vieux. Retenir : universitaires. Retenir : engagés.

Toutes ces personnes avaient conscience de l'importance du texte et de ses conséquences politiques.
Tous aussi étaient critiques car le constat était effrayant mais personne ne remettait le travail papal en question.

Bien sur nous avons lu des passages de cette encyclique et discuté et posé des questions. Il me restera toujours en mémoire la réponse finale du théologien assommé de questions angoissées telles que :
"mais que pouvons-nous faire ?" "Comment ?" "Où ?"...

Réponse : "je ne sais pas".

Les gens étaient défaits....

Puis, Benoit XVI disparut....Benoit XVI et son encyclique sociale. Le Pape, paraît-il, vieux et rétrograde ....

Non, Benoit XVI n'avait rien de rétrograde, c'est tout le contraire. Il a clairement appelé à davantage de justice dans un monde qu'il a décrit comme détruit. Il a mis en garde et rappelé le message de partage de Jésus.

-----




"Qu'as-tu fais de tes talents ?"  Demande Benoit XVI à l'occidental. Les as-tu donné au banquier ?
As-tu fait fructifier la terre et en as-tu partagé les fruits ?

Si tu ne partages pas tes talents, d'autres mourront de faim et se retourneront contre toi.

"Change !" Nous criait Benoit XVI en 2005 sinon tu seras responsable des tribulations.


Doctrine sociale de l'Eglise Doctrine sociale de l'Eglise sur Wikipedia

(Les sources ne sont qu'indicatives pour le contexte).