jeudi 30 juin 2016

L'Algerie sombre, le FMI ne veut pas le savoir !

Le cours du pétrole reste autour de 50$ le baril. Un niveau insuffisant pour remplir les caisses de nombreux Etats pétroliers, dont l'Algérie. Le fonds de réserve ne permet pas de boucler le budget 2016. Effet collatéral, une reprise en main autoritaire de la presse.

Jusqu'à maintenant l'Algérie a utilisé les réserves qu'elle avait faite quand le pétrole était cher pour combler le trou... mais ces réserves, logées dans un Fonds de Régulation des Recettes, seront taries d'ici la fin de l'été

il ne reste plus que 856 milliards de dinars dans ce fond; à peine de quoi payer les fonctionnaires jusqu'à la fin de l'année.


L'Etat Algérien a des réserves de changes (140 milliards de dollars selon les autorités), qu'il pourrait utiliser, mais s'il le fait, le dinar sera dévalué, et les Algériens s'appauvriront d'un coup, puisque le pays ne produisant rien à part du pétrole, il importe tout.
Dernièrement, le gouvernement a lancé un emprunt obligataire auprès de sa population, vite surnommé emprunt obligatoire, car les fonctionnaires étaient obligés d'y souscrire. Mais dès septembre, il va devoir chercher d'autres sources de financement.

Alger.



Qui pour prêter à l'Algérie? PERSONNE !!!!!!!!!!!!! Invraisemblable !!!!!! L'Algérie tombe, l'Europe tombe et autrement plus violemment qu'avec un petit Brexit. !!!!  

L'Algérie n'inspire confiance à aucun investisseur. La moitié de l'économie est informelle, les impôts ne rentrent pas, le pays n'est pas  dans l'OMC, il n'est pas noté par les agences de notation, et la tête de l'Etat, vieillissante et oligarchique, donne peu d'espoir sur un éventuel renouveau.
Pour prêter à l'Algérie, les yeux se tournent vers le FMI, qui avait prêté au pays dans les années 90 mais le FMI a déjà fait savoir qu'avec un pétrole à 50 dollars, le potentiel Algérien n'était plus ce qu'il était. Comprenez, les taux d'intérêt d'un éventuel prêt seront élevés.
Dans son rapport intitulé "Apprendre à vivre avec un pétrole moins cher", le FMI plaide pour des réformes structurelles, il enjoint les pays pétroliers à limiter leurs subventions à la population pour retrouver une marge financière. Déclencher une bombe sociale ou vivre une tempête financière, il faut choisir. Quel choix! Source