lundi 30 mai 2016

les français de moins en moins propriétaires

En vingt-cinq ans, la part des ménages modestes propriétaires a été divisée par deux.

 Le constat fait par la direction des études (Drees) du ministère des Affaires sociales, dans une note publiée vendredi et qui porte sur les 25-44 ans, est cruel pour toutes les politiques du logement. Dans le premier quartile de ménages (les 25 % de la population les plus modestes), seuls 16 % sont propriétaires en 2013. Mais ils sont 66 % dans le dernier quartile (les plus riches). En 1973, les taux d'accès respectifs étaient de 34 % et de 43 %. En quatre décennies, l'écart s'est creusé, passant de 7 points à 41.

 (Le prix moyen de la première acquisition varie entre 128.000 euros pour les plus modestes et 200.000 euros.) source

-----------j'ajouterais que pour nombre de propriétaires entretenir ses "biens", sa maison en clair, devient extrêmement difficile. 

chaque fois que je fais un tour hors de Paris (ce qui est le cas actuellement) je me rends compte qu'il y a deux France. celle qui entretient résidences principale et/ou secondaire et celle qui laisse l'une et/ou l'autre se détériorer.

 

en cause, le poids des taxes multiples et variées, le poids financier du chauffage pour les résidences secondaires (ou héritage), le faible montant des loyers selon les zones (centre France désert). ces facteurs contribuent à laisser quasi en abandon moultes bâtisses sans aucun entretien qui finissent vendues pour une poignée de cacahouètes juste pour que ses propriétaires soient soulagés de leurs frais induits.

il y a une concentration évidente du patrimoine immobilier

je me permets d'attirer votre attention sur le fait que cela signifie, à terme, une augmentation des loyers.

;)