lundi 9 mai 2016

La "classe moyenne" s'éloigne toujours plus de Paris

« Dans la capitale, le prix d’un appartement est passé de 5.200 euros du m2 fin 2005, à près de 8.000 euros fin 2015 rendant très difficile l’accession pour les ménages modestes et même intermédiaires ».

Les conditions de crédit ont beau être exceptionnelles et attirer les candidats à l’acquisition immobilière. Les gains en termes de pouvoir d’achat ne profitent surtout qu’aux meilleurs dossiers


Cet effet se propage également à la petite couronne parisienne, même si chaque département conserve sa spécificité. Ainsi c’est l’Ouest parisien et plus particulièrement les Hauts-de-Seine qui concentrent  la plus grande part de cadres et de dirigeants. Leur part a progressé de 13 % sur les dix dernières années. Source
Pour retrouver une plus grande diversité des profils il faut se tourner vers la grande couronne où la part d’employés et d’ouvriers représentent 29 % des acquéreurs d’appartement. 

Les employés et ouvriers ne représentent plus que 17 % des acquéreurs franciliens.

---- on pourrait aussi dire : "la géographie des classes sociales". Ou "concentration du capital immobilier". Ou "spoliation du territoire".

Loin des centres villes sont les plus pauvres tributaires de la voiture dont le budget est conséquent. Ou des transports fatiguants.

Des jeunes comme des plus vieux de ma connaissance quittent Paris et sa banlieue. Du médecin au salarié technicien. Il ne rejoignent pas la grande couronne mais la province.