vendredi 29 avril 2016

Vocabulaire raciste ou pas

Derrière chaque mot, il y a en embuscade ce que l’on pense, au-delà des revendications ou de l’argumentaire affichés, et en creux, ce sur quoi on ne s’engage pas. Qui ne dit mot consent.

Alors on s’est demandés « Qui dit quoi ? » s’agissant des personnes étrangères venant en Europe pour s’y installer et on a eu envie d’aborder la question de façon objective et quantitative, au-delà du match « migrant » versus « réfugié », alternative très débattue dans les médias ces derniers mois 

On a relevé quelques 1 200 références, communiqués, appels, pages d’actualité, newsletters, articles de presse… d’acteurs institutionnels, politiques, syndicaux, associatifs, collectifs, médiatiques… pour décompter dans un tableur les occurrences de différentes expressions : « migrant », « réfugié », « demandeur d’asile », « exilé », « sans papiers », « étranger », « immigré », « débouté », « clandestin » 
On a traduit en dessins les pourcentages obtenus (En chiffres) et restitué ainsi des topologiesdes positionnements des uns et des autres mettant en évidence proximités, voisinages et oppositions.



Oui, un vocabulaire précis définit une pensée précise !