lundi 4 avril 2016

Progression du salafisme en Suisse

Serrer la main de son professeur lorsqu’on entre en classe faisait en tout cas partie d’un rituel sans âge à Therwil, jusqu’à ce que l’école secondaire ne se trouve confrontée à la fin de l’année dernière à cette question épineuse: deux jeunes de 14 et 15 ans, invoquant des raisons religieuses, refusent de se plier au salut quotidien. 
L’islam, disent-ils, leur interdit de toucher la main d’une femme. Les élèves ne viennent pas d’arriver en Suisse, ils y vivent déjà depuis plusieurs années. Après une discussion avec le corps enseignant et la commission scolaire de Therwil, la direction de l’école secondaire décide d’accorder une exception aux deux garçons, à condition qu’ils ne serrent pas la main des enseignants masculins non plus, afin d’éviter une discrimination entre hommes et femmes.
«Si ces jeunes viennent d’une famille fondamentaliste, c’est bien au travers de l’école qu’ils peuvent apprendre d’autres codes culturels et sociaux. C’est aussi le rôle des enseignants de transmettre les codes et valeurs telles que l’égalité des sexes et le respect de l’autre».


Ce que je préfère c'est la solution ! Puisqu'ils ne veulent pas serrer la main des femmes, ils ne serreront pas non plus la mains des hommes !

Je sens que, ça, c'est vraiment une punition et un apprentissage efficaces ! :))


C'est fini. Quoi qu'en dise Valls qui vient de se réveiller ? N'importe quoi !

L'électorat historique du PS, les vieux instits et profs ne veulent pas de l'"islamisation de la France".

Alors, pafff, une illumination "au plus haut sommet de l'état" ! :))

Trop tard. "Nos valeurs" bla-bla.... Elles étaient où nos "valeurs" depuis 30 ans ? C'est un autre système de "valeurs" qui s'est mis en place. Pendant ce temps les impôts augmentent.