lundi 25 avril 2016

Les migrants interdisent l'accès à la presse d'un lycée occupé

Sinon on peut dire clandestin.

En ce qui concerne les migrants , les réfugiés vivant dans un lycée squatté du XIX° arrondissement parisien, ils ont décidés que la presse ne pénètrerait pas dans les lieux.

Migrant : tu es un sale facho, réfugié : tu es accueillant et conscient du malheur des autres peuples,  clandestin : tu es fou, méchant et mérites le bâton. "Clandestin" a disparu du vocabulaire. Abracadabra.

Donc, les migrants, les réfugiés ont "interdit" la presse.

C'est qui le chef ?

Du grand n'importe quoi ! Quand MLP en 2017 sera élue au premier tour suite à "un débordement amoureux" ou un nouvel attentat ou à une énième attaque au couteau il ne faudra pas venir pleurnicher, ni se féliciter pour certains !

La liberté d'opinion, d'expression, la loi qui doit régir tous les rapports sans exclusive, la loi qui s'applique à tous indépendamment des circonstances étant bafouée c'est l'état qui doit protéger chacun qui est bafoué. Ils le font exprès, ils organisent les injustices à tous les niveaux, tous les niveaux, ils pensent que la social-démocratie de droite ou de gauche sera plus forte.

C'est faux. Les gens au chômage qui sont encore appauvris pas les taxes et charges diverses mais "obligatoires" se sentent floués, bafoués, impuissants.

Les clandestins, les migrants, les réfugiés sont plus forts que la loi !


Par contre toi, tu n'es pas plus fort que la loi ! 

Souviens-t-en ! 

:) 


Érythréens, Soudanais, Somaliens, Afghans, Yéménites, mais aussi Marocains, Tunisiens


La loi du nombre casse les fonctions régaliennes de l'Etat.
Casse l'état.
L'Afrique prendra ce qui ne lui est pas offert.

Ensuite on peut gloser sur la question de savoir si c'est légitime ou pas. 
La certitude c'est que ce n'est pas légal.