vendredi 29 avril 2016

Encore une taxe et moins de vacances

Plus de 3.000 communes ont instauré des taxes de séjour pour les locations de meublés touristiques. «  Seuls quelques particuliers nous envoient dans les faits un chèque ».
Jusqu'au succès d'Airbnb, les mairies se sont mollement battues pour faire appliquer cette fiscalité locale, due par les usagers du Boncoin par exemple. Sous la pression financière et celle de leurs hôteliers, les élus locaux réclament désormais cette manne, difficile à capter car diffuse.
Les collectivités misent sur les plates-formes pour faire le travail, jugeant que plusieurs textes récents (loi Alur, lois de finances) les obligent déjà à s'y plier.  

----- On juge enfin indispensable l'obtention d'une liste exhaustive des milliers de taxes municipales existantes pour faire payer la taxe. Or Bercy promet cette liste depuis des mois. L'association France urbaine espère que le dispositif sera opérationnel d'ici à 2017 au plus tard.
La collecte :  Certains maires manoeuvrent auprès de Matignon pour l'imposer dès l'Euro 2016, en juin
Autant de pressions qui poussent Airbnb et ses confrères à coopérer.
 «  Si le gouvernement décidait d'anticiper la collecte spécifiquement pour les villes hôtes de l'Euro et fournissait aux plates-formes un fichier simplifié ad hoc, nous nous y efforcerions dans les meilleurs délais. » . 



-----tu pensais payer tes vacances avec la location de ton appartement sur un site d'échanges entre particuliers ?
C'est encore jouable mais tu seras imposé, revoyons nos espoirs d'exotisme à la baisse ! 
L'argent ne rentre plus dans les caisses et les municipalités n'ont plus de quoi entretenir les infrastructures. Combien de pauvres qui n'acquittent pas ou plus la taxe d'habitation ? 
On cherche l'argent. 
Le vivre ensemble s'applique parfaitement aux taxes et impôts divers. Tirez-en les conclusions utiles ! :)