lundi 29 février 2016

L'impasse du pétrole à 30$

 
Le 19 janvier 2016, blog de Gail Tverberg Our Finite World
 
Source la traduction en français.

On lit souvent que les prix très bas du pétrole – 30$ le baril, par exemple – vont stimuler l’économie et que l’économie va rebondir. Pourquoi ce scénario est-il faux ? Pour de nombreuses raisons, à mon avis :

Les producteurs de pétrole ne peuvent pas vraiment produire du pétrole à 30$ le baril.
 Quelques pays sont capables d’extraire du pétrole à 30$ le baril. La Figure 1 donne une idée des coûts d’extraction techniques pour divers pays. Mais il n’y en a pas beaucoup – l’Arabie saoudite, l’Iran et l’Iraq, seulement. Nous n’aurions pas beaucoup de pétrole brut si ces pays étaient les seuls à produire du pétrole.
-------

Le danger si les prix du pétrole sont bas, c’est que nous allons perdre les produits énergétiques dont dépend notre économie.
Différentes causes peuvent ralentir la production pétrolière lorsque les prix du pétrole restent bas sur une longue période.
Les pays exportateurs de pétrole peuvent subir des révolutions et un mécontentement politique qui entraînent des pertes de production pétrolière.
Dans quasiment tous les pays, les entreprises pétrolières peuvent se voir refuser les demandes d’emprunt qui financeraient plus de services, ce qui entraîne une réduction drastique de la production. Dans certains cas, les entreprises peuvent faire faillite et leurs repreneurs peuvent choisir de ne pas extraire du pétrole à de si bas prix.
Par ailleurs, l’existence de problèmes financiers dans l’ensemble du système peut indirectement causer une réduction de la production de pétrole. Lorsque par exemple les banques ne soutiennent plus les exploitations pétrolières pour le versement des salaires ou encore le paiement des transports internationaux, ce ne sont pas seulement celles qui sont en difficultés financières qui se trouvent affectées.
Le problème ne se pose pas seulement pour le pétrole. Le charbon et le gaz naturel affichent aussi des prix modiques. De façon indirecte, ces secteurs pourraient également être déstabilisés par la persistance de ces prix.
........ Lire l'article en intégralité sur la source 

Conclusion
Les choses n’évoluent pas comme nous l’avions espéré. Nous semblons incapables d’équilibrer l’offre et la demande de pétrole. Si les prix sont élevés, les exploitations pétrolières peuvent produire beaucoup de pétrole, mais les consommateurs ne peuvent acquérir les produits qui en consomment, comme les logements ou les voitures ; si les prix du pétrole sont bas, les exploitations pétrolières tentent d’en poursuivre la production mais rencontrent rapidement des problèmes financiers.
L’économie a besoin de stimulus continuel pour maintenir des prix du pétrole et d’autres matières premières suffisamment élevés pour encourager la production, or ce besoin vient compliquer le problème. Le stimulus se matérialise sous forme de dettes toujours plus importantes à des taux d’intérêt toujours plus bas. Un tel mode n’est pas durable, d’une part parce qu’il entraîne de mauvais investissements et d’autre part parce qu’il crée une bulle d’endettement qui peut éclater à tout moment.