mercredi 27 janvier 2016

Tarik Ramadan en français.

Pour Tariq Ramadan, Mohamed Merah était la victime d'un ordre social et il n'était pas antisémite.

Il commence son texte en le traitant de "Djihadiste" sans conviction, de citoyen sans dignité puis.... explique que ce petit Merah était en fait une victime de la France.

On comprend tout d'abord que Merah n'avait pas lu le coran puis rapidement que s'il a pris le fusil c'est que cet "ordre social français" ne lui avait pas permis de prendre sa place sociale.

Voilà, TR, c'est ça. Faire semblant de dire quelque chose : "il n'a rien compris à l'islam",  pour finir par asséner une autre vérité : "c'est la faute de la France qui pousse les pauvres petits jeunes comme lui dans les bras du terrorisme".

Les plus intelligents en déduiront que c'est la France qui produit les terroristes et qui, donc, est à blâmer pour les actes anti-sémites.

Merah n'est coupable de rien, c'est une victime et tu es son bourreau.

C'est de la rhétorique et de la dialectique au service d'une idéologie.

En théorie ces deux pratiques de discours s'étudient à l'école. Elles ne sont plus étudiées et deviennent un piège de la pensée pour ceux qui ne les maîtrisent pas.

TR surfe sur l'ignorance des gens. C'est un petit exemple. Maintenant nous sommes manipulés par les images qui doivent toutes être analysées. Nous avons oublié la puissance incluse dans un discours bien mené.

Le message est strictement l'inverse de celui compris dans la première assertion !
À ce jeu j'ai toujours donné la palme à TR !